India

Archive for the ‘Indi@’ Category

L’Inde vers un blocage du Web à la mode chinoise ?

Une publicité Microsoft, dans les rues de Mumbai.

Rien ne va plus entre Delhi et les grands du Web que sont notamment Facebook et Google. Le gouvernement indien vient en effet d’engager une procédure judiciaire à l’encontre de 21 services en ligne de réseau social, sur la base d’un rapport du ministère des communications et des technologies de l’information les accusant de diffuser des contenus susceptibles de porter préjudice à l’intégration nationale, «en suscitant l’hostilité entre groupes sur la base de la religion, de la race, du lieu de naissance, du langage» ainsi que des «actions préjudiciables au maintient de l’harmonie.» Sont notamment cités dans la plainte Facebook, Google, Microsoft, et Yahoo, indique le Times of India. Une audition est programmée pour le 13 mars prochain.

Plus tôt, dans la semaine, la Haute Cour de Delhi a menacé Facebook India et Google India de blocage : «comme la Chine, nous bloquerons tous les sites de la sorte,» a-t-elle indiqué pour obtenir d’eux la mise en place d’un mécanisme de détection et de filtrage des contenus «choquants et répréhensibles.» Pour sa défense, Google India a affirmé que les contenus «obscènes, répréhensibles et diffamatoire» ne peuvent pas être «filtrés» ni «surveillés», ne serait-ce que pour des raisons d’échelle. Mais ce sont globalement tous les services permettant à des internautes de publier des contenus sans modération à priori qui sont visés : fin décembre, de telles exigences avaient déjà été formulées, concernant cette fois-ci également Yahoo, et Microsoft.

(suite…)

Corruption : l’Inde à la croisée des chemins

Marche de soutien à Anna Hazare, à New Delhi, en avril 2011. Photo par vm2827

Arrêté dans la journée, il aurait dû passer une semaine en prison. Il sera libéré dans la nuit sous l’effet de la pression populaire. Il s’agit d’Anna Hazare, la bête noire de la majorité parlementaire indienne, devenue en quelques mois la figure de proue de la lutte contre la corruption.

(suite…)

Les employés d’abord, les clients ensuite… plus qu’un bon coup marketing ?

Vineet Nayar, Pdg de HCL Technologies

Vineet Nayar, le Pdg de HCL Technologies, arpente le monde pour faire la promotion de sa philosophie managériale depuis plus d’un an. Cela lui aura valu une exposition certaine et, par ricochet, mis en valeur son entreprise : son message est diffusé sur Burkinapmepmi, Agoravox, InfoDSI, ParisTechReview; il passe assez bien sur le blog de Hervé Jégouzo, celui de Bertrand Duperrin, dans Le Monde, sur Cadremploi.fr, et «réinvente le management» dans Les Echos. J’en oublie probablement ; les attachés de presse de HCL Technologies ont dû passer deux mois sur un petit nuage.

(suite…)

Google Street View se heurte à la sensibilité sécuritaire indienne

La menace terroriste reste très présente dans les esprits.

Selon MediaNama, Google a du interrompre son travail de photographie systématique des rues de Bangalore, pour son service Street View, à la demande des autorités locales. Selon mes confrères, Google a reçu une lettre de la Police de Bangalore. Mais il n’a pas souhaité commenter son contenu. Lors du début des opérations, Google India avait pourtant assuré avoir obtenu toutes les autorisations nécessaires pour photographier les rues de Bangalore. Selon un informateur anonyme, le point de litige porterait sur le statut de Google India et sur la collecte massive de données médias par une entreprise étrangère. En outre, l’approche très ouverte de Google en matière de cartographie et d’imagerie satellite ne contribuerait pas trop à lui attirer les grâces des autorités Indiennes. Mais pour comprendre la situation, il convient de revenir un peu en arrière.

 

(suite…)

Craintes pour la liberté d’expression dans le troisième marché mondial de l’Internet

Des boutiques de téléphonie mobile à Pune

Selon Forrester, l’Inde devrait être le troisième marché mondial de l’Internet à l’horizon 2013. Il compte déjà 100 millions d’internautes passant en moyenne 16h par jour en ligne. Mais l’Internet indien restera-t-il libre et ouvert ? C’est la question que se pose notamment le Centre for Internet & Societies (CIS), une ONG installée à Bangalore. Le 15 mai, elle a demandé au ministère des technologies de l’information de lui fournir la liste des sites Web bloqués dans le cadre de l’IT Act.

L’IT Act est une loi adoptée en avril dernier. Elle prévoit notamment le filtrage de tout contenu susceptible de «menacer l’unité, l’intégrité, la défense, la sécurité ou la souveraineté de l’Inde, ses relations amicales avec des États étrangers ou l’ordre public,» selon SiliconIndia. Une définition que mes confrères dénoncent comme «très vague» et dont on imagine qu’elle n’aurait aucun mal à légitimer le blocage d’un Wikileaks. L’Economic Times of India précise un peu : sont notamment visés les contenus «dénigrants», relevant du harcèlement, «blasphématoires» ou «haineux.» Selon cette loi, n’importe quelle personne physique ou morale peut dénoncer un contenu qu’elle juge contrevenir à la loi; à charge pour le ministère des technologies de l’information d’en demander le blocage par les fournisseurs d’accès.

(suite…)

Ambiance tendue chez Infosys et Wipro

Amer ou simplement objectif ? Mohandas Pai, qui vient d’annoncer son intention de quitter le conseil d’administration d’Infosys, s’est exprimé sans ambages devant d’Indian Express : «Je connais la règle. Tant que les fondateurs seront là, les professionnels récemment arrivés n’auront aucune chance.» Selon lui, Naryana Murthy aurait posé les choses de manière claire : entre deux personnes compétentes pour prendre des fonctions de direction, l’avantage ira à celle qui a le plus longtemps servi l’entreprise. La prime de l’ancienneté, une forme de droit d’ainesse.

(suite…)

«Nous avons des diplômes d’ingénieur, mais pas d’ingénieurs»

Arvind Shrouti, Option Positive

Mon récent séjour à Pune, près de Mumbai, a été l’occasion d’une rencontre étonnante. Celle d’Arvind Shrouti, d’Option Positive. Étonnante à deux égards. Tout d’abord par l’activité de la personne : faire de la formation en management pour les représentants syndicaux. En Inde, mais aussi à travers le monde – comme récemment, à Rome, pour des ouvriers chinois. La démarche a un objectif simple : permettre aux représentants des salariés de discuter avec le management en s’appuyant sur un niveau de compréhension de la vie de l’entreprise au moins aussi élevé. Histoire de sortir des dialogues de dupes. À titre personnel, Arvind indique lire les philosophes occidentaux et indiens pour essayer d’en retirer quelque chose de «neuf» et d’adapté au monde globalisé moderne.

Son action se concentre actuellement sur les secteurs de la banque, de la finance, et les industries manufacturières : «les syndicats de cette industrie souffraient, historiquement, d’un attachement idéologique fort et bloquant. Désormais, ils ont su s’en détacher et développer une approche basée sur les réalités internes des entreprises. Cela s’est fait d’abord sur un besoin : celui de se développer. L’attachement idéologique les limitait dans leur capacité à toucher une base plus large. Nous les avons aidés à travailler ensemble : les représentations syndicales de plus d’une centaine d’entreprises nous ont rejoints, ce qui représente plus de 30 000 personnes impliquées.» Pour l’heure, en revanche, il n’est pas présent dans l’industrie IT/BPO indienne : «il nous manque là la base de cols bleus sur laquelle nous appuyer. Nous devons trouver le moyen de développer une structure syndicale plus adaptée aux spécificités de cette industrie.» Une remarque que me faisait Karthik Shekkar en octobre dernier, à Bangalore.

(suite…)

En Irlande, HCL oublierait-il «Employees First, Customer Second» ?

La philosophie managériale de Vineet Nayar, Pdg de HCL Technologies, trouverait-elle ses limites en Irlande, dans l’implantation locale de sa branche de BPO ? Quoi qu’il en soit, selon nos confrères britanniques et irlandais, HCL BPO, filiale de HCL Technologies, vient tout juste de notifier ses 1200 collaborateurs locaux de changements drastiques dans leurs conditions contractuelles de travail. Au programme, selon le Belfast Telegraph : « gel ou suppression des grilles de salaires, suppression des 17 mars et 12 juillet comme jours fériés, gel ou suppression des incréments de congés payés, suppression des complémentaires santé, gel des augmentations pour les pensions de reversion, et réduction de la participation de l’entreprise aux revenus des salariés en cas de congé maladie ».

Autant d’avantages accordés par les contrats actuels selon le quotidien qui précise que «l’entreprise ne reconnaît pas les syndicats.» En clair : l’entreprise dénonce massivement les contrats existants et propose aux salariés d’en signer de nouveaux à l’issue d’une période de consultation de 90 jours, avec de nouvelles conditions moins avantageuses, et sans négociation collective appuyée par un quelconque syndicat. De nouvelles conditions qui ne devraient entrer en vigueur que trois mois après leur acceptation individuelle pas les salariés. En cas de refus, la relation sera rompue. Pour justifier cette mesure, HCL BPO évoque deux années de pertes consécutives pour le site irlandais et la pression des clients pour obtenir une baisse des prix.

(suite…)

Dans les coulisses de la délégation officielle française en Inde de fin 2010

Décembre 2010, Nicolas Sarkozy part en visite officielle en Inde, pour quelques jours. Et comme toujours dans ce genre de déplacement, il est accompagné de toute une délégation d’entrepreneurs français. Certains grands noms du CAC40, et d’autres, de taille plus modeste. Stéphane Werba, directeur opérationnel de SmartTesting, était du voyage. Pourquoi ? «On ne connaît pas vraiment les raisons. Du moins, on ne nous les a pas exposées directement. Cela dit, nous avions déjà été invités lors du voyage précédent, début 2008.» Et de préciser, avec une pointe d’ironie, «je crois que cela s’était bien passé. Laurent Pye s’était bien tenu; il ne devait pas y avoir de raison pour ne pas nous réinviter.» Blague à part, Stéphane Werba estime avoir «attiré l’attention lors du Medef dans le cadre d’un concours de l’IEClub – il encourage les jeunes entreprises travaillant pour les grandes. Quelques centaines se sont présentées et nous avons fait partie des 13 retenues, avec un dossier présenté avec Steria. Il s’agissait d’accompagner SFR dans l’évolution de son SI. Et nous avions justement rencontré Steria lors du premier voyage en Inde, en 2008. Au final, nous avons fait partie des quatre dossiers primés – nous avons reçu le prix de la meilleure productivité lors de l’Université d’été du Medef. Je pense que cela a joué.»

(suite…)

You are currently browsing the archives for the Indi@ category.