India

Connecté, avec Krishna

Des professionnels de l'informatique venus aider à la construction d'un nouveau temple Iskcon à Pune..

La société internationale pour la conscience de Krishna (Iskcon) vient d’engager la construction d’un nouveau temple le long de la route Katraj-Kondhwa. L’organisation religieuse cherche à rassembler l’argent nécessaire par le biais de différents projets. Elle a décidé d’exploiter un nouveau filon : les étudiants et les professionnels. Les volontaires apporteront leur soutien financier à la construction du temple. Ils devront aussi rendre des services à l’Iskcon en marge de leurs activités régulières.

L’Iskcon revendique le soutien concret de quelques 300 personnes pour ce projet, pour 150 fidèles issus de l’industrie des technologies de l’information. Le Pune Mirror est parvenu à interroger un groupe de ces professionnels.

Amol Katkar est responsable de développement chez Symantec. Pour lui, « la pratique religieuse aide à réussir la vie professionnelle. Plutôt que de perdre du temps à faire la fête ou à aller au cinéma, nous consacrons du temps à la méditation. Arjun était un bon guerrier et Kirshna lui a donné cet enseignement ; de notre côté, nous pouvons profiter des enseignements de Bhagvad Gita pour être de bons professionnels. »

Incidemment, le centre Iskcon de Pune gère plusieurs programmes de formation à destination des étudiants et des professionnels. Chaitanya Charan Das, le porte-parole de l’organisation, explique que le centre organise des séminaires et des cours à l’institut de technologie (IIT) de Karagpur, ainsi que dans d’autres établissements d’enseignement supérieur. Les étudiants de ces écoles sont rattachés au centre de Pune.

Chandru Amarnani, chef de projet chez Tech Mahindra, explique que « même les dirigeants admettent que la vie spirituelle nous permet d’améliorer nos performances professionnelles. Du coup, eux-mêmes encouragent à la tenue de séminaires et de présentations pour les autres employés de l’industrie IT. » Uday Saundhankar et son épouse ont non seulement donné un mois de salaire chacun pour la construction du temps ; en plus, ils ont convaincu d’autres de suivre leur exemple et ont recueilli 500 000 Rs (5 865 euros) de dons.

Ainsi, ces professionnels affichent leur dévotion et chercher à diffuser leur foi, quitte à endurer les quolibets. Nitin Lavhe, ingénieur chez Patni Computer Systems, reconnaît que « oui, ceux qui ne partagent pas le même engagement spirituel se moquent de nous, parfois. Mais, en définitive, ils finissent par nous accepter tels que nous sommes ; cela n’a l’occasion de devenir un problème. »

Ces professionnels dévots réfutent aussi l’idée selon laquelle ils négligeraient leurs responsabilités au profit de leurs engagements religieux : « au contraire, nous sommes mieux préparer à supporter le stress et la tension associés à notre activité professionnelle. »

Traduction et adaptation par Valéry Marchive.

Tags: , , ,

Déposez un commentaire