India

Inquiétude palpable après la décision américaine de restreindre le recours aux visas H1B

Le choix des parlementaires américains de recourir à la préférence nationale pour les effectifs IT – dans le secteur financier, et plus particulièrement les banques aidées par l’état – suscite un émoi certain dans le sous-continent indien.

Dans le Business Standard, Leslie D’Monte relève notamment que le « Top 10 des consommateurs de visas H1B est largement trusté par des entreprises indiennes, y compris Infosys, Wipro et Satyam. » Des entreprises déjà malmenées par la réduction, il y a deux ans, du quota de visas H1B de 195 000 par an à 65 000. Et bien sûr par la crise économique mondiale.

Dans la presse indienne, Som Mittal, le président du Nasscom, la chambre syndicale du patronat des SSII indiennes, clame à l’envi que la disposition votée par les parlementaires américains n’aura pas d’impact direct, en l’état, sur l’activité de ces entreprises.

Dans les colonnes du Hindu Business Line, Som Mittal explique notamment que la disposition concerne les entreprises américaines aidées par l’état et qui sont dépendantes de ressources étrangères sous visas H1B. Pour le président du Nasscom, « c’est fait pour les entreprises américaines […] Cela n’a rien à voir avec les SSII indiennes. » Plus précisément, dans les colonnes du Hindustan Times, Som Mittal estime que ne sont concernées que les employeurs directs… pas leurs éventuels sous-traitants. De quoi laisser une vaste marge d’interprétation et d’ajustement.

Dans les colonnes de The Economic Times, Viral Thakkar, directeur exécutif de KMPG en charge des services de conseil en sourcing, estime de son côté que « l’impact sera minimal. » Le broker CLSA se rallie quant à lui à l’analyse de Som Mittal. Mais le secrétaire général du syndicat Unites, Karthik Shekkar, ne partage pas cette sérénité et affiche clairement son inquiétude. Dans les colonnes de IT Examiner, il insiste : « il est temps que les employeurs IT indiens regardent la réalité en face. »

Tags: , , , , ,

Déposez un commentaire