India

L’inde, un pays sûr ?

Souvenez-vous, c’est en juillet dernier, alors que j’étais en Inde pour LeMagIT : Bangalore était frappée par 9 explosions de bombes [au moment des explosions, j’étais en avion, en transit pour Bangalore depuis Chennai, justement…].

La question de la sécurité des entreprises IT de la région a été posée, notamment par nos confrères de DNA Sunday rappelant que les faillés de sécurité du périmètre d’Electronic City, où sont installées toutes les entreprises IT de Bangalore, n’ont pas été colmatées. Et l’on a même pu entendre des patrons de ces entreprises demander l’aide de l’Etat pour renforcer la sécurité des lieux.

Depuis, il y a eu les attentats d’Ahmedabad, de New Delhi et encore de Mumbai, notamment. Al-Qaeda a récemment menacé d’autres attaques sur le pays.

La personne responsable du financement des attentats de Bangalore aurait été arrêtée récemment, confirmant le lien avec l’organisation LeT, responsable des attentats de Mumbai. Et ce financement semble désormais clairement lié à la mafia, comme certains l’évoquaient déjà en septembre dernier. La mafia, qui serait en train de faire de l’Inde une plaque tournante de la drogue, tirerait notamment d’importants revenus… du piratage de films, selon un rapport du think tank américain, la Rand Corporation. Tiens, justement, la police indienne vient de saisir pour 600 000 Rs de VCD et DVD pirates.

Certes, désormais, les entreprises IT et les compagnies pétrolières figurent en tête des priorités de la CISF, la Central Industrial Security Force, une unité de police indienne dédiée à la protection des sites industriels. Mais le risque terroriste n’est pas le seul. Il y a quelques mois, on pu suivre l’histoire malheureuse d’un patron lynché à Noida par des salariés qu’il venaient de licencier. A Pune, un chef de projet d’une entreprise spécialisée dans le développement logiciel vient d’arrêté : il est accusé d’avoir ouvert le feu sur trois personnes à l’issue d’une dispute liée à la conduite automobile…

A cela, on peut bien sûr ajouter les violences interconfessionnelles ou politiques. Fin janvier, des Maoistes ont par exemple fait exploser un centre de contrôle du réseau de l’opérateur mobile public BSNL, à Bihar. Dans un e-mail, Devidas explique : « les Maoistes ne veulent pas de présence gouvernementale et BSNL est une entreprise publique. Détruire la tour permet aussi de couper les communications de la police, notamment. » Mais ce n’est pas tout : ces extrémistes peuvent aussi s’en prendre à des intérêts privés : « détruire les tours d’un opérateur privé leur donne l’opportunité de dire qu’ils combattent les forces capitalistes. Par le passé, ils se sont aussi attaqués à des prisons, pour faire évader des complices. » Et Devidas d’indiquer que le problème n’est pas isolé : « Dans certaines régions de l’état d’Andhra Pradesh, c’est la routine depuis au moins 30 ans. Dans l’Ouest du Bengale et en Orissa, le problème est présent depuis 1997, lorsque le mouvement des Naxals s’est manifesté pour la première fois. Même chose au Maharashtra. » Et d’ajouter que Naxals et Maoistes visent les réseaux de télécommunications ouverts au public parce que… ils ont leurs propres réseaux télécoms, très modernes et très efficaces.

Bref, non, décidément, l’Inde n’est pas le pays tranquille de certaines images d’Epinal.

Tags: , , , ,

4 commentaires pour “L’inde, un pays sûr ?”

  1. Le 11 mars 2009 à 19:52

    Cédric dit:

    Je trouve ça un peu bizarre de passer plus de temps sur un crétin des rues de Pune que sur les vrais attentas (d’ailleurs, je suis très sur qu’il y a eu des oublis à ce niveau la… dans le Rajhastan, cette année, non?)

    Et il y a aussi les massacres de flics par les Naxalites dans à la frontière du Maharashtra… Les quelques qui sont parvenus jusqu’à la presse au sujet des honnor killings (1 à Noida), et bien d’autres

    Bref, si on veut parler d’insécurité en Inde, je pense qu’il y a largement de quoi faire sans parlé de ce chef de projet qui devrait s’essayer à la relaxation et autre méditation.

  2. Le 11 mars 2009 à 20:09

    Valéry Marchive dit:

    L’exemple de ce chef de projet n’avait pas vocation à être autre chose qu’un exemple…. Mais je ne vous interdit pas de développer : au contrainte, je vous y encourage.

  3. Le 12 mars 2009 à 12:28

    Cédric dit:

    Oh, pas de soucis, pas de soucis….
    Juste surpris que ce fait divers soit relaté dans ce topic.
    Le reste est plus sérieux.

  4. Le 12 mars 2009 à 22:49

    Valéry Marchive dit:

    Ce fait divers a, me semble-t-il, le mérite d’illustrer deux choses :
    1- L’Inde n’est pas le pays parfaitement paisible de certaines représentations populaires;
    2- l’industrie IT indienne ne fait pas exception.
    Pour le reste, je renouvelle mon invitation, très cordialement.

Déposez un commentaire