India

Les SSII indiennes s’arment face à la menace terroriste

Vu des Etats-Unis, l’Inde est l’un des pays les plus affectés par le terrorisme [IE]. Le 13 septembre, les Etats-Unis ont d’ailleurs indiqué s’attendre à un accroissement de la menace terroriste en Inde à l’occasion des fêtes de Diwali, notamment [EI]. A juste titre. Récemment, par exemple, un projet d’attaque sur Delhi a été découvert ; il était comparable à celui dont a été victime Mumbai fin novembre 2008 [HT]. Mumbai, dont l’hôtel Taj, au centre de cette attaque, a, en début d’année, reçu deux e-mails de menaces [DNA]. L’aéroport de Mumbai a fait l’objet de menaces comparables [HT].

Sans trop de surprise, le premier avril dernier, l’assureur public GIC a par ailleurs relevé de plusieurs points le montant de ses primes d’assurance aux personnes contre les actes terroristes… [HT]

De son côté, le gouvernement indien a prévenu, en avril dernier, de menaces sur les scientifiques de l’agence spatiale locale [NewsX]. Mais aussi, fin mars dernier, de risques d’actions terroristes à Bangalore [HT]. Là, les SSII commencent à recevoir la protection d’une force paramilitaire gouvernementale, le CISF. Infosys a été la première à en profiter [IBN] à raison de 101 gardes armés pour une facture de 2000$/jour. Une protection qui s’ajoute à celle accordée par le gouvernement, de 600 membres des forces spéciales, fin mars dernier [TH].

Limiter les communications non contrôlées

Pour éviter que ne se reproduise un scénario comme celui de Mumbai, les opérateurs indiens ont cessé de connecter à leurs réseaux les téléphones mobiles dépourvus d’IMEI depuis le 15 avril [HT]. Reliance a de son côté désactivé quelque 36 000 lignes en juin, des lignes qui avaient été ouvertes à l’aide de faux documents d’identité [DNA]. A Mumbai, un projet visant à rendre obligatoire le contrôle d’empreintes digitales dans les cybercafés est en cours d’examen [DNA].

Tags: , , , , , ,

Déposez un commentaire