India

Pas de menace pour les services informatiques ; nous sommes de bons gestionnaires

« Non, nous n’avons pas peur de perdre notre activité au profit de certains pays d’Asie. Il ne s’agit pas seulement de parler anglais. Le secret réside dans l’offre de compétences d’encadrement,  » assure, confiant, Mohandas Pai, directeur des ressources humaines et membre du conseil d’administration d’Infosys devant un modeste parterre de journalistes réunis à Pune. Au cours d’une conférence de presse, il a également évoqué différents projets de l’entreprise. Pai a même réfuté les affirmations selon lesquelles il y aurait un ralentissement dans l’industrie IT indienne.

Bottant en touche alors qu’on lui demandait d’évaluer l’impact concurrentiel de pays tels que le Vietnam et la Chine, Mohandas Pai a préféré souligner que « nous avons les meilleurs talents ici. Nous avons 5 millions de cadres travaillant dans diverses industries. Parler anglais ne suffit pas. La compétence d’encadrement des employés indiens, dont l’âge moyen est de 26 ans, est pour l’heure inégalée. Bien sûr, le passé colonial de l’Inde permet une certaine affinité culturelle avec les pays clients. Mais il serait exagéré de dire que la seule raison pour une entreprise de s’implanter ici, c’est la main d’œuvre économique. »

Même si Mohandas Pai admet qu’il existe un risque de se faire prendre de vitesse, la situation lui semble plutôt satisfaisante. « Cette question de perte d’activité revient de manière récurrente depuis 15 ans. Et pendant tout ce temps, nous avons avancé. Le débat a notamment été justifié par les difficultés des indiens à gérer le succès. Mais les choses ont changé, » insiste-t-il.

Et pour ce qui est des talents, nous avons eu des statistiques. On compte ainsi 2 millions de professionnels du logiciel travaillant en Inde pour des pays étrangers. Il faut aussi compter 80 000 concepteurs de circuits intégrés. Mais les entreprises indiennes ont aussi commencé à recruter des étrangers, parce que, selon Mohandas Pai, « nous travaillons avec des entreprises internationales. » Du coup, Bangalore compte 15 000 développeurs expatriés… sur un total de 68 000 développeurs. Infosys emploie 1000 personnes en Chine, 1500 personnes en Europe de l’Est et 500 personnes en Australie. Selon Mohandas Pai, « les entreprises indiennes sont actives en Allemagne. Le marché français vient d’ouvrir, de même que le marché japonais. »

Pour en savoir plus, retrouvez nos interviews vidéo de Kris Gopalakrishnan, directeur général d’Infosys:

  • Le PDG d’Infosys fait le point sur sa stratégie d’acquisitions en Europe
  • Kris Gopalakrishnan, PDG d’Infosys, commente le contexte économique
  • L’Inde face aux faux CV
  • Tags: , , , , , ,

    Déposez un commentaire