India

Pour le réalisateur Lekh Tandon, industrie IT et globalisation changent l'Inde en profondeur

Lekh Tandon

Lekh Tandon

Peu de français connaissent Lekh Tandon ; c’est l’un des principaux réalisateurs de Bollywood. Il y œuvre depuis les années 1950 et, selon certains, aurait révélé Shahrukh Khan, l’acteur indien le plus en vogue du moment. C’est par hasard que j’ai fait la connaissance de Lekh Tandon dans l’une des salles d’embarquement de l’aéroport de New Delhi, au mois de juillet dernier. Il a accepté de nous faire profiter de son regard sur l’Inde moderne en répondant à quelques questions, par e-mail, entre deux séances de tournage pour une série télévisée.

LeMagIT : Quelles transformations l’industrie IT a-t-elle apportées à la société indienne moderne ?

Lekh Tandon : Elle a amené tant de changements ! Elle a créé des emplois bien payés et cela a poussé des jeunes gens à étudier pour la rejoindre. Elle a également apporté de l’argent frais dans le pays à travers le commerce international. L’industrie IT crée des logiciels pour animer des machines et faciliter le travail des hommes. Cela a été appliqué aux banques, aux chemins de fer, à la recherche, aux avions ; les réalisateurs s’en servent. Cela permet au gouvernement d’optimiser sa gestion ou encore d’améliorer la défense nationale. Les technologies de l’information doivent encore toucher les parties les plus rurales de l’Inde. Mais, là encore, elles contribueront à l’éducation de chacun. Tout cela amène les indiens à faire mieux et à améliorer leur niveau de vie. Prospérité : c’est le mot clé ; c’est ce que tout le monde a décidé d’atteindre pour le bien de sa famille.

Le succès de l’industrie IT conduit-il à une occidentalisation du mode de vie des indiens ?

S’il en est ainsi, c’est le fait de la globalisation. Le monde ne se résume plus à des pays distants les uns des autres ; c’est un village où l’information se propage en l’espace de quelques secondes. Celui qui a inventé l’e-mail a rapproché tous les humains les uns des autres. La question serait plutôt : qui n’est pas affecté par la culture d’un autre pays que le sien ? Le curry indien, le yoga ne sont-ils pas connus partout dans le monde ? La musique indienne se diffuse à travers le monde grâce au numérique. Tout le monde adopte quelque chose qui vient d’ailleurs. L’Inde ne fait pas exception. Cela peut bien sûr générer des situations conflictuelles. Mais ces situations doivent débattues et résolues avec le temps.

La répartition des richesses nouvellement créées en Inde n’est-elle pas quelque peu inégalitaire ?

Il y a une sorte de faussé qui s’est créé. Mais le gouvernement indien travaille à le combler. Le premier ministre s’est déjà engagé dans cette voie-là, notamment en engageant des programmes pour l’éducation et l’ouverture aux technologies de l’information dans les zones rurales.

Les personnes issues des castes les plus basses ont une chance d’améliorer leurs conditions de vie, avec les quotas fixés par la loi pour leur permettre d’accéder aux études supérieures. Les banques et le gouvernement proposent même des prêts dans ce sens. Cela dit, dans le secteur privé, c’est la compétence des personnes qui importe.

L’industrie des technologies de l’information paie bien. Mais qu’en est-il des conditions de travail ?

Cette industrie paie effectivement bien mieux que n’importe quelle autre industrie en Inde. Les salaires, même pour les débutants, sont très élevés. Et c’est là que les conditions de travail sont les meilleures.

Qu’elle est l’influence des familles dans le choix des jeunes à choisir de travailler pour l’industrie IT ?

Les familles investissent beaucoup d’argent pour permettre à leurs enfants d’accéder aux études supérieures, parfois au-delà de leurs moyens, et quitte à privilégier l’un de leurs enfants au détriment des autres. Leur but est de permettre à leurs enfants d’accéder à des métiers qui paient bien, dans l’industrie IT, dans le domaine du management, dans la médecine, etc.

Tags: , , ,

Déposez un commentaire