India

Satyam s’oriente vers une (lente) sortie de crise

Le conseil d’administration de Satyam continue son marathon pour remettre à flots la SSII indienne. Malgré des rumeurs persistantes [ITE], le conseil a indiqué ne pas vouloir démanteler Satyam en la vendant par appartements. [DNA] Les salaires de janvier devraient pouvoir être payés, de même la couverture santé des collaborateurs. De nouveaux investisseurs banquiers ont été trouvés : Goldman Sachs et Avendus. Mais leur participation au financement à court terme de la SSII n’a pas été précisée. En attendant, le conseil d’administration continue de travailler à l’entretien du moral de ses troupes, ce fois-ci en s’y adressant dans des messages vidéo. [HT] Et si le conseil n’a pas encore nommé de nouveaux PDG et directeur financier de Satyam, une liste de trois noms aurait été arrêtée. [IBN]

Pendant ce temps, l’enquête s’étend à PwC. Deux salariés du cabinet – qui a promis une totale collaboration avec les autorités [HBL] -, soupçonnés d’avoir aidé Ramalinga Raju à trafiquer les comptes de Satyam, ont été suspendus de leurs fonctions [IBN], après avoir été entendus par la police. [HT] De son côté, Ernst & Young, pointé son estimation des entreprises Maytas, assurer n’avoir procédé à ces estimations que dans la perspective d’un rachat par la famille Raju, à titre personnel, pas pour Satyam. [HT]

La question des effectifs réels de Satyam reste en revanche entière. Les services de GRH de la SSII ont entamé des opérations de vérification [HT] alors que les banques HDFC et Icici assurent ne pas avoir trouvé de versements pour des salaires fictifs. [HT] En fait, parmi les sommes détournées, quelques 50 MdRs auraient disparu des comptes de Satyam au seul dernier trimestre 2008. [ToI] Ramalinga Raju, l’ancien PDG de Satyam, aurait caché des documents compromettant dans des… voitures maintenues en circulation dans les rues d’Hyderabad. [DNA] Les fonds détournés auraient notamment servi à racheter quelques 147 entreprises. [IBN]

Mais aux Etats-Unis, les collaborateurs de Satyam en intercontrat sont encouragés à trouver des « alternatives ». [HBL] Et, après le scandale de la Banque Mondiale, les Nations Unies ont suspendu les contrats avec Satyam afin d’en examiner les conditions d’attribution. [ET]

Tags: , , ,

Un commentaire pour “Satyam s’oriente vers une (lente) sortie de crise”

  1. Le 30 janvier 2009 à 11:57

    Rions un peu | IdeCio dit:

    […] dans un article du MagIT sur la faillite de Satyam : Ramalinga Raju, l’ancien PDG de Satyam, aurait caché des documents compromettant dans des… […]

Déposez un commentaire