India

Situation toujours difficile pour Satyam

Les jours se suivent et les mauvaises nouvelles se succèdent pour Satyam. Cette fois-ci, c’est le ministre de l’industrie Ashwani Kumar qui a adressé un camouflet à la SSII dans la tourmente : selon lui, il n’est pas question que le gouvernement viennent renflouer les caisses siphonnées de Satyam. Ce qui n’empêche la situation de rester confuse : le ministre du commerce indique de son côté que le gouvernement est prêt à aider financièrement la SSII. Des échanges qui rappellent les allers-retours entre régulateur local des télécoms et ministère des finances sur les licences 3G.

Mais Kiran Karnik, directeur de Satyam, assure que la SSII n’a pas besoin d’un renflouement mais juste d’un prêt. Un « urgent » prêt d’un montant de 1,5 MRs (23 M€) selon Ram Mynampati, l’ex-PDG par intérim de Satyam, ne serait-ce que pour payer la couverture maladie des salariés aux Etats-Unis.

Parallèlement, Times of India indique que deux nouveaux cadres de l’exécutif de Satyam a suivi Ram Mynampati hors des frontières de l’Inde : le vice-président sénior et directeur Virendra Agarwal serait à Singapour ; le vice-président sénior et directeur Keshub Panda serait à Londres. Et le quotidien indien de citer un collaborateur sénior de la SSII selon lequel « la possibilité d’une tentative d’éviter les interrogatoires de la police et des organismes de régulation ne peut pas être écartée. » Alors que le bureau indien d’enquête sur les fraudes lourdes (SFIO), a commencé à examiner les bureaux de Satyam.

Dans le même temps, le gouvernement indien cherche des membres supplémentaires pour le conseil d’administration de la SSII, de même qu’un PDG et un directeur financier.

Au-delà de la SSII

PwC demande désormais que ses précédents audits sur Satyam soient pris avec la plus grande prudence ; Deloitte et KPMG s’apprêtent à aider le conseil d’administration à réviser les comptes. Mais, selon le Financial Express, le scandale Satyam pourrait aussi éclabousser les banques de la SSII. Selon le quotidien indien, les enquêteurs et le régulateur des marchés boursieurs indiens seraient notamment intrigués par l’absence de versement d’intérêts pour des comptes ayant affiché un solde créditeur jusqu’à 11,6 MdRs. Parmi les banquiers de Satyam, on compte notamment BNP Paribas, Citibank, HSBC et l’indien Icici.

Tags: , ,

Déposez un commentaire