India

Vite lu dans la presse indienne

– A Mumbai, la police vient d’arrêter deux employés de l’opérateur mobile Airtel prévenus dans une affaire de trafic de cartes SIM qui aurait coûté à l’opérateur quelques 3 MRs. La méthode était simple : les deux complices réactivaient des cartes SIM retournées par des abonnés à l’occasion de la résiliation de leur abonnement ; ils les utilisaient pour passer des appels à l’étranger. Les deux prévenus ont reconnu avoir détourné 65 cartes SIM. La police soupçonne un chiffre bien plus élevé. [DNA]

– Le menace d’un retour du protectionnisme aux US inquiète les SSII indiennes, après l’échec des discussions à l’OMC la semaine dernière. Un tel protectionnisme pourrait se traduire par réduction du nombre de visas de type H1B octroyés chaque année : ce sont ces visas qui sont utilisés par les SSII indiennes pour envoyer des équipes travailler sur site aux Etats-Unis. [DNA]

– Renforcer la diversité sexuelle dans les entreprises IT. C’est, semble-t-il, l’objectif du Nasscom et de l’Institut Indien de Management d’Ahmedabad (IIMA). Selon eux, 15 à 20 % de femmes dans les SSII installées en Inde, et 6 % parmi les cadres supérieurs, ce n’est pas assez. IBM et Microsoft auraient déjà lancé le mouvement. Officiellement, il s’agit de profiter d’un regard et d’une dynamique de travail différents. Et s’il ne s’agissait que d’épuisement de la ressource ? L’industrie IT doit recruter quelques 500 000 personnes, au moins, au cours des 5 prochaines années mais, selon McKinsey, seuls un quart des candidats sont immédiatement employables. [ET]

Tags: , , , ,

2 commentaires pour “Vite lu dans la presse indienne”

  1. Le 7 août 2008 à 18:20

    Jérémie dit:

    Il me semble qu’il y a une erreur dans le second lien qui renvoie au troisième thème traité ?
    A-t-on une idée de combien d’informaticiens sont envoyés chaque année aux US sur des projets remportés par des SSII indiennes ? Et dans quelles conditions (salaires, accueil sur place) ?

  2. Le 7 août 2008 à 18:38

    Valéry Marchive dit:

    Effectivement. Merci Jérémie : c’est corrigé.
    Pour répondre à votre question, je n’ai pas les chiffres immédiatement sous la main. Quant aux conditions d’accueil sur place, elles se veulent honnêtes, selon les SSII que j’ai rencontrées en Inde avec, essentiellement, compensation pour le logement et la nourriture cohérentes avec le coût de la vie aux US (mais variable selon que l’on est sur un séjour de courte durée avec hébergement à l’hôtel ou sur du long séjour avec location de résidence).
    Je sais : cela reste évasif. Reste que pour les salariés des SSII indiennes, la perspective d’aller travailler sur site, aux US, semble être une carotte très très alléchante (tant pour les salariés que pour leurs familles, d’ailleurs), avec un bonus financier conséquent. Bien sûr, la SSII indienne doit rester compétitive. Mais ce n’est une raison pour faire son expat’ un travailleur pauvre : l’essentiel de la marge peut continuer de se faire sur les effectifs restés en Inde.

Déposez un commentaire