India

Vite lu dans la presse indienne du 18 juillet 2008

Le piratage ferait des ravages, en Inde. C’est du moins ce que m’a indiqué Jivraj Burman, journaliste de l’agence Indo-Asian News Service. Je dois en discuter avec Kulmeet Makkar, PDG de Reliance Entertainment. Selon le Mumbai Mirror, l’industrie indienne de la musique et des contenus pour mobiles prévoit une perte de chiffre d’affaires de l’ordre de 8 MdRs par an à partir de 2010 du fait du partage de ces contenus entre utilisateurs de téléphones mobiles (par Bluetooth par exemple), ou encore de la commercialisation illégale de ces contenus par des sites Web indélicats. L’Inde compte quelque 270 millions d’abonnés au mobile. 25 à 30 % des mobiles en service dans le pays seraient capables d’exploiter ces contenus.

– Le Mumbai Mirror s’indigne d’une attente de 30h à Paris qu’ont dû supporter quatre indiens en escale à Roissy-CDG pour 40 minutes avant leur vol pour Mumbai. Leur premier avion, en partance de Londres, a été retardé. Le vol pour Mumbai n’était pas encore parti mais l’embarquement a été refusé par le personnel au sol. Au final, c’est surtout l’attitude du personnel d’Air France qui provoque l’indignation, un personnel qui aurait répondu « no English » à toutes les questions et n’aurait pas proposé la moindre prise en charge.

Des stagiaires. Voilà comment, selon le Financial Express, Tata Consultancy Services entend maîtriser ses coûts. Il y a un an, les stagiaires représentaient 38 % des recrutements chez TCS. Au premier trimestre clos le 30 juin, ils représentaient 61 % des 7400 nouvelles embauches de TCS. Au cours du premier trimestre, son personnel a coûté à TCS quelque 55 % de son chiffre d’affaires.

– La 3G pourrait arriver en Inde d’ici la fin 2009 si… le gouvernement se décide enfin à lancer les enchères sur les licences. Car le processus n’est pas encore ouvert. Le Business Standard relève d’ailleurs que le ministère local des télécommunications pourrait doubler le nombre de licences proposées, le portant à huit.

– Le commerce ne se porte pas merveilleusement bien, semble-t-il. Du moins, les Mall indiens voient-ils des enseignes commencer à les quitter. Etam compte parmi les six enseignes qui ont déjà quitté le Mall de Palm Beach Galleria à Navi Mumbai, la faute à des ventes en baisse et à des loyers qui explosent.

– Dans le Business Standard, K Rajani Kanth relève, depuis Hyderabad, que les sociétés de développement de logiciels indiennes, et tout particulièrement les PME, se tournent vers l’Europe. Dépendant des Etats-Unis pour 75 % de leur chiffre d’affaires, ces entreprises souffrent particulièrement de la crise financière de l’autre côté de l’océan Pacifique.

– Vers un « Credit Crunch » à l’indienne ? B G Shirsat interroge dans le Business Standard. Il relève en particulier la part croissante des prêts non assurés accordés par les banques indiennes. Sur la période 2007-2008, cette part serait de près de 21,8 %, contre 19,36 % sur la période précédente et 13,46 % sur la période 2003-2004. Parmi ces prêts non assurés, on trouve, pêle-mêle, des crédits conso, des prêts étudiants, des crédits de développement pour les zones rurales mais aussi des prêts aux PME.

Tags: , , , , , , ,

Un commentaire pour “Vite lu dans la presse indienne du 18 juillet 2008”

  1. Le 24 août 2008 à 15:43

    LeMagIT Blogs : L’Inde aura bientôt son iTunes Store dit:

    […] le savoir, des contenus pirates. Compte tenu de ce que j’ai pu apprendre sur la question du piratage en Inde, je ne suis pas […]

Déposez un commentaire