India

Posts Tagged ‘Bangalore’

La réputation de Bangalore n’est pas usurpée !

Beaucoup de gens me l’ont dit : Bangalore est une ville embouteillée à l’air difficilement respirable aux heures de pointe. J’avoue que j’avais du mal à le croire. Surtout, j’étais très loin d’imaginer les proportions de la chose.

Hier matin, le taxi qui m’emmenait chez Wipro a dû mettre quelques 2h pour atteindre les bureaux de l’entreprise, contre une heure – grand maximum – prévue initialement. Il semble qu’une manifestation de taxis ait aggravé ponctuellement la situation. Mais, le soir même, alors que la manifestation s’était achevée, rebelote : 1h30 pour accomplir un trajet en ville qui pourrait ne prendre que 20 minutes si la circulation n’était pas aussi dense. Et quand on parle de densité de circulation aux heures de pointe à Bangalore, on évoque des situations où le chauffeur de taxi coupe son moteur pendant quelques 10 minutes, faute de pouvoir avancer ne serait-ce que d’un pouce.

Emboutaillages à Bangalore, en direction d'Electronic City

Las, tout le monde ne procède pas de la manière. Du coup, l’air environnant devient très vite irrespirable (pour un européen, au moins). Seule solution : demander au chauffeur de fermer l’habitacle et de passer l’aération en mode « recyclage » afin couper l’apport d’air extérieur. En rickshaw ou à moto, de nombreux indiens portent des masques, à commencer les policiers en charge de la circulation.

Pour autant des efforts sont faits. La route qui mène à Electronics City, cette ville à côté de la ville où sont installées la plupart des entreprises IT, devrait être doublée d’une voie aérienne d’ici 1 à 2 ans. Un ancien commercial de Dell en Inde, rencontré dans un pub de Bangalore, affirme quant à lui que la situation était bien pire il y a deux ans.

Pour les entreprises installées sur place, la situation est à double tranchant : elle pèse quelque peu sur leur image voire sur leur productivité. Mais elle force parallèlement leurs salariés à venir plus tôt au bureau : ils arrivent chez Wipro à 8h30 le matin, alors que le travail ne commence officiellement qu’à 9h. 

L’étonnant accueil de Bangalore

Pour moi qui vient de passer par Mumbai, puis Jaipur pour le week-end, l’aéroport de Bangalore est une surprise : il affiche un modernisme sans faille. Qui tranche même avec la vétusté et la désorganisation de celui de New Dehli (le passage du terminal d’arrivée international au terminal des départs pour les vols domestiques a de quoi faire frissonner n’importe quel voyageur en transit court).

En outre, les taxis sont équipés de Logan Renault flambant neuves et la prise en charge des passagers fraichement débarqués de l’avion affiche un niveau d’organisation remarquable. Le compteur des taxis affiche le prix de la course et il n’est pas nécessaire de négocier celui-ci à l’avance ou d’en remettre à une table de conversion comme c’est le cas à Mumbai. Mais attention : les roupies défilent vite !

Je suis arrivé à Bangalore vers minuit. Je n’étais pas seul, loin s’en faut. Surtout, nombre de passagers étaient attendus. Les noms des entreprises sur les petits panneaux portés par les chauffeurs m’a confirmé, si c’était nécessaire, que mon avion avait bien atterri sur le bon tarmac : Infosys, Wipro, Oracle, SAP…

Mais laissez-moi revenir rapidement sur mon week-end de repos en famille à Jaipur : il n’a pas été aussi improductif – sur le plan professionnel – que ce que je prévoyais. En effet, le patron de l’hôtel où séjourne ma famille n’a pas manqué de me proposer de rencontrer un ami à lui qui a bossé pendant plusieurs années en sous-traitance pour une entreprise de services de financement. Après un bref entretien préliminaire, rendez-vous est pris pour le week-end prochain.

Et le patron d’un second hôtel de Jaipur , dans la piscine duquel ma famille a pris l’habitude de se baigner l’après-midi, m’a mis en relation avec son frère, chargé des contenus du site Web d’une chaine de télévision de New Dehli. Là encore, rendez-vous est pris pour une entrevue lorsque je serai dans cette ville.

Je sais que l’Inde emploie et attire chaque année un grande nombre de personnes dans les services informatiques ou dans la sous-traitance de processus métiers. Mais je vais finir par croire que chaque indien a au moins un frère ou un ami ou un proche de manière plus général qui bosse dans l’un de ces domaines.

You are currently browsing the IT India blog archives for juillet, 2008.