India

Posts Tagged ‘France’

TCS renforce sa présence en France avec Alti

Tata Consultency Services (TCS) vient d’annoncer l’acquisition d’Alti, une société de services française spécialiste des solutions d’ERP et de CRM, notamment. Dans un communiqué, TCS indique qu’Alti a réalisé un chiffre d’affaires de 126 M€ en 2012 et emploie 1200 personnes en France, Belgique et Suisse. Cette acquisition – pour 75 M€ en numéraire – …

Cet article TCS renforce sa présence en France avec Alti est apparu en premier sur LeMagIT.

La lutte contre l’optimisation fiscale n’est pas l’apanage des économies développées

Si la lutte contre l’optimisation fiscale fait l’objet de nombreux échanges en Europe, mais également aux Etats-Unis, elle s’invite également dans le débat public en Inde avec en ligne de mire, notamment, des multinationales de l’informatique.

Cet article La lutte contre l’optimisation fiscale n’est pas l’apanage des économies développées est apparu en premier sur LeMagIT.

Olivier Cavrel, Cognizant : «notre approche est centrée sur les métiers»

Cognizant, la SSII qui semble parfois avoir la tête aux Etats-Unis et les pieds en Inde, affiche une croissance insolente dans marché marqué par l’incertitude. Olivier Cavrel, directeur régional France de Cognizant, revient avec nous sur les recettes de la SSII.

Cet article Olivier Cavrel, Cognizant : «notre approche est centrée sur les métiers» est apparu en premier sur LeMagIT.

Kti Dossot, TCS : «nous avons une stratégie à long terme; nous ne sommes pas là pour faire des coups»

Selon le dernier baromètre PAC sur les prestataires de services IT France, TCS se classe 65ème. Loin derrière le numéro un du secteur, IBM, ou encore de Wipro qui, arrivée 39ème s’affirme comme première SSII indienne dans l’Hexagone. Mais Tata Consultancy Services s’avère menaçant, lui qui a réalisé une croissance de rien moins que 72 % en 2010, à 61 M€, contre 24 % pour Wipro et 20 % pour Infosys. Retour avec Kti Dossot, directrice chargée du développement commercial de TCS en France, sur la stratégie de la SSII.

Les employés d’abord, les clients ensuite… plus qu’un bon coup marketing ?

Vineet Nayar, Pdg de HCL Technologies

Vineet Nayar, le Pdg de HCL Technologies, arpente le monde pour faire la promotion de sa philosophie managériale depuis plus d’un an. Cela lui aura valu une exposition certaine et, par ricochet, mis en valeur son entreprise : son message est diffusé sur Burkinapmepmi, Agoravox, InfoDSI, ParisTechReview; il passe assez bien sur le blog de Hervé Jégouzo, celui de Bertrand Duperrin, dans Le Monde, sur Cadremploi.fr, et «réinvente le management» dans Les Echos. J’en oublie probablement ; les attachés de presse de HCL Technologies ont dû passer deux mois sur un petit nuage.

(suite…)

Sunil Abraham, CIS : « Avec l’e-G8, Nicolas Sarkozy veut promouvoir de nouvelles restrictions à la liberté d’expression »

Le débat continue de faire rage en Inde au sujet d’une nouvelle législation posant des limites floues et, selon certains, potentiellement dangereuses, à la liberté d’expression sur Internet. Et alors que s’ouvre à Paris l’e-G8, sur fond de polémiques autour des intentions de son principal supporteur, le président de la République Française, Nicolas Sarkozy, Sunil Abraham, directeur exécutif de l’ONG Center for Internet & Societies, a accepté de partager son regard sur l’événement, depuis Bangalore.

DK Sareen, ESC : « le marché français a toujours été un marché difficile »

Directeur exécutif du conseil indépendant de promotion des exportations indiennes de logiciel informatique et d’électronique, l’ESC, organisateur d’IndiaSoft, DK Sareen commente les objectifs de ce salon et les enjeux du marché français pour les SSII indiennes.

Pune : 8th largest eCommerce hub in India, according to eBay

eBay India announced today Pune was the eighth largest eCommerce Hub (All Selling (Global & Domestic) + All Buying Transactions on eBay from the city/ state) in the country in its eBay India Census 2009. New Delhi leads the pack with Mumbai following the suit. Last year, Mumbai was at first place and New Delhi was second.

In eBay Census 2008 also, Pune had ranked eighth after Mumbai, Delhi, Hyderabad, Bengaluru & Chennai. Mr. Ashish Shah, Head-eBay Motors today unveiled the eBay Census Guide which documents the key findings and trends in online buying and selling across India’s Top 100 eCommerce Hubs, 28 States and 7 Union Territories. eBay Census also revealed export trends to 172 Countries.

According to the report, India’s Top 5 eCommerce Hubs are Delhi, closely followed by Mumbai, Chennai, Jaipur & Bengaluru. The key findings are:

India has over 2,471 eCommerce Hubs with even Lakshadweep making its debut in the report this year. The IT Hubs of Andhra Pradesh, Tamil Nadu, Kerala, Maharashtra and Gujarat were the most wired states in India with the most cities generating eCommerce.

Rural Indians are active online shoppers: Online shopping is active in 747 rural towns in India. Rural India featured in the report for the first time with towns like Bundi (Rajasthan), Thevaram (Tamil Nadu) and Tezpur (Assam) witnessing active buying and selling trends. In fact, 181 rural towns are active entrepreneurship hubs – selling to buyers in India & worldwide.

India has 226 Export Hubs where Indian entrepreneurs sell a variety of products to millions of eBayers in 172 countries around the globe. Indian exports include horse saddles, Freemason collectibles, Bollywood memorabilia, Steel Dabbas and cricket bats.

Technology is India’s favourite traded vertical category contributing to 44% of transactions in eBay Census. Lifestyle category at 35% came second in popularity for online Indians. For Global Trade, Lifestyle is the clear winner at 64% of all transactions followed by Media & Collectibles at 15% each.

Region-South buys, West sells: South India has the most active buyers at 41% of all transactions, followed by West India at 27%. West India has the most active sellers at 46%, followed by North India at 28%.

Metro India bought the most blackberry and dual sim handsets, Bharat bought the most touch screen cell phones while Rural India bought the most value handsets.

Craftsmen in Ludhiana exported golf clubs to international eBayers in USA, Germany and France.

Wipro se met en ordre de bataille pour mieux adresser le marché français

Siège de Wipro à Bangalore

C’est un peu plus qu’une simple promotion. La nomination de Christophe Martinoli au poste de directeur général France Wipro s’inscrit dans le cadre d’une réorganisation plus vaste de la SSII, réorganisation qui doit lui permettre d’adresser effectivement les marchés hors Inde sur lesquels elle est présente.

Ancien d’Atos, de Sun, d’Alcatel, de Sema Group et de Stéria, Christophe Martinoli a précédemment occupé différents postes chez Wipro en France, à commencer par la direction de la division Industrie. A l’occasion d’un entretien téléphonique, il explique la logique derrière sa nomination : « il s’agit de doter les activités françaises de Wipro d’un véritable directeur général afin de leur permettre de se développer. Wipro a reconnu l’importance de la France pour sa croissance. Jusqu’ici, les entités étrangères de Wipro n’étaient pas pilotées, sur le plan opérationnel, d’un point de vue pays mais par industries verticales. Précédemment, Hervé Truttman gérait principalement la partie IT des activités françaises de Wipro. Il avait des fonctions opérationnelles rattachées à des comptes, par à l’ensemble de l’activité de Wipro en France. » Christophe Martinoli répondra directement à Ayan Mukerji, directeur général Europe de Wipro.

Malgré un contexte économique difficile, Christophe Martinoli doit composer avec « des plans de croissance exhaustifs » :  « nous voulons acquérir rapidement des parts de marché. La stratégie est relativement simple. Elle consiste à localiser la valeur ajoutée à apporter à nos clients. Nous allons accélérer le développement de l’équipe commerciale, mais aussi des équipes techniques projets qui assureront la communication entre les clients et les équipes offshore, selon un modèle onsite/offshore. »

Renforcement des équipes en France

Du coup, Wipro pourrait chercher rapidement à recruter dans l’hexagone : « nous allons renforcer les effectifs en France au fur et à mesure de la croissance. Chefs de projets, consultants, architectes : toute l’expertise qui doit être à proximité de nos clients. Ces personnes assureront en outre la continuité de la communication avec les équipes indiennes. On veut être sûr que tout le monde sache exactement ce qu’il faut faire. » Et pour cela, il prévoit notamment un processus de traduction en France « des documentations livrées par nos clients. Il s’agit d’assurer que tous les chainons de le chaine se comprennent bien. »

Et le tout devra s’appuyer sur un accompagnement quasiment sur-mesure : « en fonction du niveau de maturité du client, on met plus ou moins d’interface avec la partie indienne. Et c’est dynamique, cela évolue, des deux côtés, avec des équipes en Inde qui, avec le temps, vont comprendre de mieux en mieux le contexte du client. » Et bien sûr, « cela dépendra aussi de la nature du projet ou du travail qui peut nécessiter plus ou moins d’interaction en temps réel avec le client. »

Concourir avec les grands

A long terme, Wipro veut être une SSII globale, « comme un Cap Gemini, un Atos ou un Accenture. » D’ici à 5 ans, il s’agit ni plus ni moins que de figurer dans « le top 5 ». Alors en France, Christophe Martinoli explique qu’il veut faire de Wipro une SSII que l’on comparera « à un IBM ou un Accenture. » Et cela passera « par de la croissance organique, pour le moment, puis par des acquisitions. » La stratégie des partenariats n’est pas mise de côté. « Elle se décline en deux ensembles. D’un côté, il y a les partenariats de long terme noués avec des sociétés de taille importante, c’est à dire dans le Top 10. On y vise deux SSII en particulier. De l’autre côté, il y a ceux noués avec des SSII de taille intermédiaire qui ne savent pas monter de proposition offshore. Ceux-là peuvent conduire à des acquisitions. »

You are currently browsing the IT India blog archives for octobre, 2008.