India

Posts Tagged ‘IndiaSoft’

Les SSII indiennes renforcent leurs efforts dans les pays émergents

Le Vieux continent ne serait-ils plus aussi attractif qu'il pouvait encore en avoir l'air il y a deux, voire quatre ans ? Non, assure le Nasscom. Mais les SSII indiennes n'en renforcent pas moins leurs efforts sur les économies émergentes.

Cet article Les SSII indiennes renforcent leurs efforts dans les pays émergents est apparu en premier sur LeMagIT.

Les petites perles d’IndiaSoft 2012

On trouve de tout, sur IndiaSoft, de la TPE spécialiste du développement HP à la SSII moyenne qui officie souvent dans l’ombre de ses grandes soeurs. Si les exposants sont très variés en termes d’offres et de spécialités, ils le sont aussi sur le plan qualitatif. Voici une sélection d’exposants qui ont retenu notre attention.

(suite…)

IndiaSoft 2012 renforce la place des éditeurs

Pour son édition 2012, IndiaSoft, qui se déroulait la semaine dernière à Hyderabad, a accordé plus de place aux éditeurs de produits et de solutions, en plus des incontournables prestataires de services de développement. La marque d’une volonté d’aborder des partenaires potentiels avec des éléments plus concrets, et d’accélérer ainsi l’établissement de relations d’affaires.

Cérémonie d'ouverture d'Indiasoft 2012

«La Silicon Valley indienne», ou du moins la ville qui a le potentiel pour le devenir. C’est ainsi que Shri S. Radhakrishnan, président de l’ESC, qui organise IndiaSoft, décrit Hydebarad où se déroulait cette année le salon. De fait, l’inventaire des entreprises IT présentes à Hitech City, dans la partie ouest de la ville, à cheval entre les quartiers de Kondapur et Madhapur, est impressionnant. On trouve là le centre de développement d’Amazon, un autre de Microsoft, et encore un de Nvidia, Oracle, Dell [un étage de l’édifice abriterait même des équipes de ventes pour la région Europe, Moyen-Orient, Afrique, NDLR], Google, TCS – juste en face de l’International Institute of Information Technology -, Infosys, Wipro, Mahindra Satyam, Cognizant, mais aussi un centre de service IT de HSBC, ou encore des implantations d’ADP et de Gameloft. Le tout à un jet de pierre de l’Université d’Hyderabad, lieu stratégique s’il en est pour séduire de jeunes recrues. Sont également présents dans l’état d’Andhra Pradesh IBM, Motorola, CA Technologies, Capgemini, CSC, Siemens, Facebook, Polaris… Bref, un peu comme à Bangalore, la planète IT semble s’être donné rendez-vous dans une ville que l’on surnomme parfois Cyberabad, à juste titre semble-t-il. L’état d’Andhra Pradesh compte d’ailleurs pour près de 14 % des exportations IT de l’Inde, soit environ 5,4 Md€; l’IT représentant 39 % des exportations de l’état. Le secteur y emploie près de 280 000 personnes.

IndiaSoft 2011 : un an après, des résultats mitigés

Ils étaient venus à Pune, près de Mumbai, en mars 2011 pour chercher des clients, des fournisseurs, des partenaires, et de nouveaux débouchés, sur invitation. Nous avions rencontrés ces participants à la précédente édition du salon IndiaSoft. Majoritairement, ils ne semblent pas avoir trouvé ce qu’ils venaient chercher. Mais les raisons sont multiples.
IndiaSoft, plus qu’un salon, c’est un espace et un temps de mise en relation de PME de l’industrie informatique indienne avec des entreprises venues du monde entier. Alors que l’édition 2012 de cet événement s’ouvre actuellement à Hyderabad, nous avons voulu faire le point avec quelques uns des participants – invités et exposants – de l’édition 2011. Pour aboutir à un bilan pour le moins contrasté.

Des européens à l’expérience variable

Chez Leadersoft, Tadjeddine Bachir nous avait indiqué chercher des produits qu’il pourrait éventuellement adapter, paramétrer pour son marché, dans une logique de VAR. S’il avait de bonnes raisons d’espérer, à l’issue de l’événement, force est de constater qu’il a finalement fait chou blanc : «j’avais indiqué des besoins très spécifiques à deux sociétés indiennes qui avaient promis, en retour, de m’envoyer leurs réponses. Mais aucune n’est revenue vers moi.» François Aubry, fondateur de Silverage Technology, une société créée à cheval entre la France et l’Inde, a poursuivi le développement de son activité à un rythme soutenu et notamment signé deux contrats sur le marché domestique indien. Il est en train de créer une société dédiée au développement d’applications mobiles à Noida, dans la banlieue de New Delhi. Mais… tout cela n’a rien à voir avec sa participation, l’an passé, à IndiaSoft alors qu’il cherchait à retirer des partenariats.

Sur MacGé : L’Inde, le pays où le prix du développement mobile n’a pas encore explosé

Dans la rue, à Pune

Souvenez-vous : été 2008, Apple lance l’iPhone 3G, très attendu, en Inde. L’un des premiers acheteurs, Chinmay Narawane, à Pune, près de Mumbai, a même reçu le sien directement des mains du PDG de l’opérateur Vodafone – avec une remise gracieuse de 15 € environ pour ses efforts. D’autres, à Delhi notamment, auront moins de chance. Pour autant, passé l’effet d’annonce, la mayonnaise retombe quelque peu, plombée notamment par un prix démesurément élevé pour le marché local et par l’absence de réseau 3G (lire aussi L’iPhone 3G est arrivé en Inde et dans le calme).

Mais l’Inde n’a pas tourné le dos à l’iPhone, et loin s’en faut. Elle s’est notamment rattrapée sur un autre terrain, celui du développement des applications mobiles. Et là, comme dans les autres domaines de l’informatique, le sous-continent a une carte puissante à jouer : celle du prix. Aujourd’hui, en France, une application basique se négocie entre six et huit mille euros au bas mot. Dans certains cas, la facture peut être encore plus salée : c’est un élément de sélection; les développeurs sont débordés de demandes; leur temps de cerveau disponible ira au plus offrant – ou parfois au projet le plus excitant.

La suite est à lire sur MacGé »

DK Sareen, ESC : « le marché français a toujours été un marché difficile »

Directeur exécutif du conseil indépendant de promotion des exportations indiennes de logiciel informatique et d’électronique, l’ESC, organisateur d’IndiaSoft, DK Sareen commente les objectifs de ce salon et les enjeux du marché français pour les SSII indiennes.

Inde : les PME de l’offshore s’exposent à IndiaSoft


Rapprocher les PME de l’industrie indienne des technologies de l’information et des services de leurs clients étrangers potentiels. C’est l’ambition du salon IndiaSoft, qui se déroulait la semaine dernière à Pune, dans l’état du Maharastra, à quelques heures de route de Mumbai. Un événement à la taille équilibrée efficacement conçu pour stimuler les échanges commerciaux et qui a réuni plus d’une centaine d’entreprises indiennes et plus de 70 représentants d’entreprises du monde entier.

You are currently browsing the IT India blog archives for mars, 2011.