India

Posts Tagged ‘Panne’

L’Industrie IT indienne résiste à une vaste panne électrique

L’Inde vient de traverser deux jours de panne électrique massive. Habituée des coupures plus modestes mais très fréquentes, l’industrie IT indienne était équipée pour faire face à la situation.

Cet article L’Industrie IT indienne résiste à une vaste panne électrique est apparu en premier sur LeMagIT.

L’inde partiellement coupée d’Internet

Ce vendredi 19 décembre, trois câbles sous-marins majeurs ont été coupés entre l’Europe et la zone Asie/Proche-Orient : Sea Me We3 (SMW3), Sea Me We4 (SWM4) et Flag (réseau Reliance). Selon France Télécom, la coupure serait survenue en Méditerranée, entre la Sicile et la Tunisie, « sur des segments reliant la Sicile à l’Egypte. » Dans un communiqué, l’opérateur hexagonal faisait état de 82 % de capacités hors service vers l’Inde, à 7h44 UTC, sur le trafic voix. Ce lundi matin, le navire de maintenance Raymond Croze doit intervenir pour réparer SMW3 et SMW4. Avec la perspective d’un retour à la normale au 31 décembre. D’ici là, l’essentiel du trafic vers la région concernée est rerouté via l’Amérique du Nord.

Dans les colonnes de Times of India, des responsables de spécialistes du BPO évoquent leurs craintes quant à l’impact de cette importante panne sur leur activité : le reroutage des connexions devrait être source de pertes de paquets, mais aussi de latences élevées. Une latence de l’ordre de 400ms aurait déjà été observée. Attention à se méfier à la faible latence des sites Web des grands médias indiens : ils profitent des services d’Akamai avec, en conséquence, des serveurs cache de proximité un peu partout dans le monde. Internet Traffic Report faisait ce dimanche état d’un délai de réponse de 667ms sur son routeur de référence à Bangalore.

La mauvaise nouvelle, elle est pour l’opérateur Reliance qui essuie là la septième panne sur son réseau Flag en un an.

[MàJ 22/12/2008 @17h40] Selon Times of India qui cite Barthi et Tata Communication, actionnaires de SMW4, celui-ci devrait redevenir pleinement opérationnel d’ici la fin de la semaine; pour SMW3, il faudra attendre la fin de l’année. Même chose pour Flag.

Vite lu dans la presse indienne du week-end

– Le réseau de Airtel a bien été victime, ce vendredi, d’une panne monstre dans la région de Mumbai. Le Sunday Times explique qu’un incendie a ravagé une partie des « commutateur critiques [du réseau d’Airtel] à Mumbai, cinq pour être précis. L’incident s’est soldé par un black-out de plus de 12h. Afin d’éviter d’apporter un service minimum à ses clients, Airtel a demandé l’aide de Vodafone qui la lui a apportée bien volontiers. En Inde, Airtel en tête du marché de la téléphonie mobile avec 69,4 millions d’abonnés. Vodafone tient la seconde place avec 49,2 millions d’abonnés. Mais à Mumbai, c’est Vodafone qui est en tête avec 3,7 millions d’abonnés contre 2,5 pour Airtel.

Le fièvre de l’IT n’est pas retombée. Dans le seul état du Rajasthan, quelques 40 000 étudiants ont décidé de participer aux tests d’entrée dans les écoles supérieures d’ingénierie en informatique. Le Sunday Times précise que seules 20 000 places sont disponibles.

– Je ne sais pas si le Rajasthan est victime de coupures d’électricité. Mais Vasundhara Raje, premier ministre de l’état, entend bien lutter contre le vol et le gaspillage de l’électricité. Et de proposer des récompenses en espèces sonnantes et trébuchantes pour encourager les initiatives qui vont dans ce sens. A Mumbai, j’avais entendu dire que de nombreuses lignes électriques étaient piratées.

– Le Business Standard revient sur la stratégie des sociétés indiennes de développement logiciel. Celles-ci – et principalement les PME – souffrent de la crise aux Etats-Unis, un pays dont dépend 75 % de leur chiffre d’affaires. Elles se tournent donc vers l’Europe avec une démarche en trois étapes : investir dans la communication ; ouvrir des bureaux dans certaines grandes villes européennes ; et former des personnels aux langues – autres que l’anglais – et cultures européennes. Pour l’heure, l’Europe ne rapporte que 2 Md$ par an aux sociétés indiennes de développement logiciel. Celles-ci espèrent porter ce chiffre à plus de 4 Md$ en 2010.

– Grandir. C’est l’ambition de MindTree. L’entreprise vient de lever quelques 1 000 MRs auprès de HSBC et de Citibank afin de financier sa croissance. Premier investissement : la construction d’un campus capable d’accueillir 3000 salariés, à Chennai ainsi que l’extension de ses installations à Bangalore.

– Après TCS, c’est au tour de Wipro et de Satyam de présenter leurs résultats pour le premier trimestre. Le premier a enregistré un bénéfice net de 9080 MRs, soit 25 % de mieux qu’un an plus tôt, pour un chiffre d’affaires de 40,405 MdRs (+39 %). A court terme, Wipro prévoit une légère croissance de son chiffre d’affaires mais affiche sa prudence. De son côté, Satyam a enregistré une progression de près de 45 % de son bénéfice net, à 5477 MRs, et de 43,2 % de son chiffre d’affaires, à 26 MdRs. 

Au revoir Mumbai

Ma première semaine en Inde, entre Mumbai et Pune, touche à sa fin. Ce soir, je décolle pour Jaipur, où je dois passer le week-end en famille. La semaine prochaine, je serai trois jours à Bangalore et deux jours à Chennai. Là-bas, je dois notamment visiter les installations d’Infosys, Wipro et Logica, mais aussi rencontrer l’auteur Lavanya Sankaran, un représentant du syndicat Unites, et Partho Ganguli, de Reliance. Sans compter les éventuelles rencontres impromptues.

Mais avant de décoller pour Jaipur, je me suis installé dans le salon d’affaires de Jet Airways (accessible à tous les porteurs d’une carte de crédit MasterCard) dans l’espoir d’y utiliser une connexion à Internet. Problème : cette connexion est fournie par AirTel et le réseau d’AirTel serait en panne sur toute la région de Mumbai depuis ce matin. Selon une hôtesse du salon, ce serait une première. Mais toutes les communications du réseau AirTel seraient concernées, données de même que voix. J’utilise le conditionnel car, si je peux confirmer que le réseau WiFi d’AirTel à l’aéroport domestique de Mumbai ne fonctionne pas, je ne peux rien dire du réseau de téléphonie mobile.

Quoiqu’il en soit, il y a au moins un réseau WiFi qui fonctionne, baptisé « jetlounge », accessible dans l’aérogare au moins après le passage des contrôles de sécurité, et offre un accès gratuit à Internet.

You are currently browsing the IT India blog archives for juillet, 2008.