India

Posts Tagged ‘salaires’

Cognizant renonce aux augmentations et promotion de milieu d’année

L’insolent Cognizant commencerait-il à sentir les effets délétères de la crise ? Peut-être. Selon nos confrères de DNA India, la SSII aurait adressé un e-mail à ses collaborateurs en Inde pour les informer de sa décision de renoncer aux promotions et augmentations de milieu d’année, qui étaient initialement attendues pour le trimestre en cours. Interrogé …

Cet article Cognizant renonce aux augmentations et promotion de milieu d’année est apparu en premier sur LeMagIT.

Les salaires restent bas dans les SSII indiennes

«Les entreprises indiennes sont parmi les 10 plus mauvais employeurs – en matière de salaires – dans le secteur IT », commentent crûment nos confrères de l’Economic Times of India. Ils s’appuient pour cela sur une étude menée par le service en ligne de de recrutement MyHiringClub.com. Selon celle-ci, dans les SSII indiennes, le salaire annuel …

Cet article Les salaires restent bas dans les SSII indiennes est apparu en premier sur LeMagIT.

Le "rétroshore": oui, mais pas à n'importe quel prix…

Souvenez-vous : c’était en mai dernier; une annonce diffusée par l’ANPE créait la polémique. Celle-ci portant sur un emploi d’informaticien niveau Bac+2, spécialisé dans le développement Web, pour un salaire de 160 à 320 euros par mois, à Pondichéry, en Inde. Lors de la réalisation de notre dossier sur l’industrie IT indienne, en juillet dernier, j’ai notamment interrogé Vincent Spehner, co-fondateur de la société de développement Ruby on Rails thinkDRY, au sujet de cette annonce. Il comprend le modèle consistant à faire venir des talents français en Inde, mais pas de tels prix. Ecoutez-le.

Vite lu dans la presse indienne

– Le marché indien de la téléphonie mobile est le second au monde en nombre d’abonnés, derrière la Chine, mais le premier en rythme de croissance : fin juillet, il y avait 296 millions d’abonnés au téléphone mobile en Inde, contre 192,98 millions un an plus tôt, soit une progression de 53,44 % en un an. La bonne nouvelle ? Cela pourrait continuer encore longtemps ; le taux de pénétration n’est que de 29 %… et certains utilisent déjà 2 voire 3 téléphones mobiles. [NewsX] D’ici cinq ans, c’est un total de 600 millions d’abonnés que l’on attend. [FE] Quant à la 3G, qui doit arrivée d’ici la fin 2009, elle devrait principalement à ouvrir de nouvelles ressources en fréquences pour les communications vocales. [ToI]

– La situation reste durablement difficile sur le front de l’électricité. En 2004/05, ce sont 10 254 MW de capacité qui ont fait défaut à l’Inde pendant les heures de forte demande. Pour 2008/09, la prévision était de 18 073 MW. Le déficit réel de capacité devrait atteindre 21 701 MW. [FE]

– L’inflation reflue quant à elle modestement, à 12,10 %. Mais certains s’attendent à la voir remonter au troisième trimestre, jusqu’à atteindre 13,5-14 %. [FE]

– La biométrie fait son entrée dans les classes des 115 écoles de la ville de Vadodara : elle sera utilisée, notamment, pour… faire l’appel. [IE] Mais pas que des élèves : cela servira aussi à contrôler la présence des enseignements et des autres personnels.

Présidentielles US : le Nasscom avance ses pions en coulisses. Le syndicat patronal des SSII indiennes a organisé de nombreuses réunions avec les équipes d’Obama et de McCain afin de faire la promotion de l’externalisation en Inde. [ToI]

– Pas question de se laisser faire. Les cybercafés de Pune ont décidé de saisir la Haute Cour de Justice de Mumbai pour contester les contraintes que l’administration locale entend faire peser sur leur activité. [IE]

– Du boulot en plus pour Greenpeace, en Inde : selon la chaine de télévision ITV, les déchets recyclables collectés auprès des foyers britanniques sont illégalement abandonnés dans des puits du Tamil Nadu. C’est moins cher que de recycler. [DNA]

– Cela va faire rêver quelques PDG occidentaux : Sameer Sain, PDG du fond indien Future Capital, s’octroie une rémunération annuelle correspondant à près 25 % du bénéfice net de son entreprise. Dans le sous-continent, ces rémunérations dorées commencent à faire jaser. Les patrons de SSII ne figurent pas dans le Top 50 des privilégiés. [ET]

Vie des sociétés. MPhasis (EDS) ouvre de nouvelles installations à Hyderabad, installations dédiées aux services de support applicatif, avec 100 personnes pour commencer et un objectif à 12 mois de 1000 collaborateurs. [HBL] Wipro ouvrira, dans six mois, un nouveau centre de BPO à Vizag, d’une capacité de 1200 postes dans un premier temps puis de 6000 à terme. [HBL] Infosys maintient ses projets de recrutement de 18 000 personnes pour cette année, et pour la suivante. Mais attention : les augmentations de salaires reculent ; elles resteront inférieures à 10 % en moyenne. [FE] Satyam croît à l’opportunité des marchés émergents. Il escompte y remporter au moins 3 à 4 contrats, pour un montant compris entre 8 et 50 M$, d’ici la fin décembre. [ET]

– Satyam mise sur Windows Vista. La SSII reprend à son compte les prévisions de migration vers Vista de Gartner. La SSII y passe elle-même – 17 000 de ses 51 000 postes de travail ont déjà migré – mais, surtout, chercher à profiter de l’aubaine : elle a créé un laboratoire de test de compatibilité logicielle pour aider ses clients à migrer rapidement. [HBL]

– Selon Forrester Research, plus de 40 % des grandes entreprises américaines et européennes prévoient de réduire leur budget IT pour 2009. Au final, pour Infosys, « chaque jour, nous recevons des mauvaises nouvelles des Etats-Unis. » [DNA]

Vite lu dans la presse indienne

– Ca patine. TCS et le Nasscom, appelés à la rescousse par autorités indiennes pour trouver les auteurs des e-mails de revendication des attentats d’Ahmedabad, ont fait chou blanc. La brigade anti-terroriste espère encore des résultats du côté du laboratoire de la police scientifique de Mumbai. [NewsX]

– Non, l’Inde n’est pas responsable des réductions d’effectifs dans le secteur bancaire en Europe. Du moins pas complètement. Selon une étude présentée par Deutsche Bank, seuls 10 % des suppressions d’emploi chez les banques européennes depuis 2002 seraient liés à l’offshoring. [ToI]

– Ceinture. Les salaires pour les cadres et cadres supérieurs des entreprises IT indiennes ne devraient croitre que de 8 à 10 % cette année, contre 50 à 60 % il n’y a encore que quelques années. [DNA] L’agence de conseil Zinnov devrait apprécier : selon elle, l’Inde risque de perdre son rang de première destination pour l’offshoring de R&D IT si les salaires continuent leur progression. [ET]

– Une nouvelle stratégie pour fidéliser les salariés dans les entreprises d’externalisation de processus métier (BPO) ? Désormais, ceux-ci auront le droit, légalement, de travailler depuis leur domicile. Le but : attirer plus de femmes et s’ouvrir aux personnes handicapées. [ET] Bien. Mais qui assumera la responsabilité de la continuité de service pour l’alimentation électrique et la connexion à Internet ? Sans compter la question de la sécurité des données.

– Il fait vraiment si bon travailler pour l’industrie IT indienne ? Sandeep Shelke, tout jeune diplômé de 25 ans, embauché comme développeur logiciel chez Persistent Systems, vient de se jeter du haut de la terrasse du bâtiment dans lequel il travaillait. Dans une note, Sandeep Shelke précise les raisons de son suicide : « je ne parviens pas à bien faire mon travail et cela me déprime. J’ai fait de mon mieux pour remplir mes objectifs mais je n’y arrive pas. Je suis désolé pour ceux qui m’aiment, mais je ne peux l’éviter. » Selon son cousin, Shelke aurait été d’une nature particulièrement sensible. [ToI]

– L’administration d’infrastructures à distance. C’est la nouvelle activité porteuse pour des SSII indiennes telles que Reliance Infocomm, Tata Telecommunications, Sify ou encore Netmagic Solutions. L’Inde serait même en passe de devenir un « hub global pour les services hébergés. » [HT]

– Greenpeace commence à s’attaquer à la question épineuse des déchets électroniques en Inde. Selon l’ONG, le pays a généré quelques 380 000 tonnes de ces déchets en 2007. En 2012, ce pourrait être 800 000 tonnes. Et de mettre à l’index des Apple, Sony, Toshiba, Philips ou encore Samsung qui n’ont pas mis en place de processus de recyclage pour leurs produits, en Inde. A l’inverse, HCL et Wipro soutiennent clairement la mise en place d’une législation contraignante sur la collecte des déchets électroniques. [HT]

– 250 millions. C’est le nombre d’abonnés au téléphone mobile en Inde. Le pays se place du coup en seconde position derrière la Chine. Mais la croissance du marché du mobile est plus rapide en Inde, avec 8 à 9 millions de nouveaux abonnés par mois, contre 6 à 7 millions en Chine. [NewsX] Mais l’Inde pourrait « faire mieux », notamment dans les zones rurales, avec un cadre réglementaire assoupli. [DNA] Les MVNO pourront peut-être aider : ils devraient bientôt pouvoir prétendre à des licences et être détenus jusqu’à 74 % par des fonds étrangers. [MM]

– Une réservation annulée pour un voyage en train ? Bientôt, l’IRTC, la compagnie indienne de transport ferroviaire proposera des alertes par SMS, à l’instar des compagnies de transport aérien. [HT]

– Au Kerala, la commission de régulation du marché de l’énergie vient de demander à toute la population de prendre des mesures pour contrôler ses dépenses d’électricité afin d’éviter une lourde hausse des coûts. [The Hindu] A Mumbai, de nombreux quartiers sont frappés par la pénurie de diesel, tant en raison des coupures d’électricité que de systèmes de quota mis en place par les distributeurs. [MM] Du côté de New Dehli, la centrale de Dabhol a été contrainte de diviser sa production électrique par 7, à 300 MW, en raison de problèmes d’approvisionnement en gaz naturel. [MM]

– Le reflux des prix du pétrole, notamment, laissait espérer une accalmie sur le front de l’inflation, en Inde. Pour l’heure, il n’en est rien : la barre des 12 % vient d’être dépassée ; au plus haut depuis 13 ans à 12,01 %. [The Hindu]

Vite lu dans le presse indienne du 30 juillet (suite)

– La portabilité du numéro pourrait entrer en vigueur à l’été 2009 sur le marché de la téléphonie mobile indien, selon The Economic Times, au moins dans les métropoles. Le calendrier précis devrait annoncer dans les jours prochains. Selon un sondage cité par le quotidien économique, 25 à 50 % ( !) des abonnés indiens au téléphone mobile seraient mécontents de leur opérateur.

– Selon Hindustan Times, la déclaration de l’impôt sur le revenu par Internet est encore loin du succès populaire, à New Delhi, avec seulement 1,5 % de télédéclarants, soit 10 500 déclarations l’an passé. La faute en reviendrait à la difficulté d’accéder à Internet, à des « esprits rigides » ( !), et à la difficulté d’établir soi-même son impôt sur le revenu. Cette année, l’administration espère 20 000 télédéclarations.

– Toujours selon The Hindustan Times, la cybercriminalité a progressé de 100 % par an à Delhi, depuis 2004. La police locale dispose d’une cellule spécialisée dans ces affaires. Elle s’apprête à recruter et à former une centaine de personnes pour renforcer ses équipes.

– Tata Communications vient de lancer son offre de téléprésence auprès des professionnels, en partenariat avec Cisco. Des centres publics de téléprésence ont commencé à être déployés dans les hôtels Taj Hotel de Mumbai et Bangalore, notamment. Plusieurs autres devraient être équipés d’ici à septembre 2008,  à Hyderabad, Gurgaon, Boston, Londres ou encore New York. Le tarif ? De 12 000 à 14 000 Rs de l’heure, soit entre deux et trois cents euros.

3 millions d’emplois. C’est ce que devraient créer les SSII indiennes d’ici 2011, dans le seul état du Tamil Nadu (Chennai), avec 800 000 emplois directs et 2,2 millions d’emplois indirects. Pour tenir cette perspective, l’état devra faire l’objet d’investissements dans les écoles et dans l’accès à Internet résidentiel à haut débit, le tout pour un montant de 2,5 MdRs.

– Dans Business Line, Pratik Kumar, directeur des ressources humaines de Wipro, affirme que les salaires, dans l’industrie IT indienne, ne devraient augmenter que de 8 à 9 % cette année, contre 12 à 14 % l’an passé. Et de préciser qu’il entend faire progresser le taux d’utilisation de ses troupes (90 000 personnes) au-delà des 78,5 % actuels, sans préciser d’objectif chiffré.

Vite lu dans la presse indienne du 21 juillet

– Justice par SMS. Selon Times of India, il sera bientôt possible d’obtenir des informations sur l’avancement d’une procédure en cours au tribunal, par SMS, au Punjab. Quelques 120 000 dossiers seraient concernés par le projet. Ni son échéance exacte, ni son coût pour la communauté, n’ont été précisés.

– Les coupures d’électricité pourraient ne pas épargner Bangalore. La ville et sa région, le Karnataka, souffrent d’un déficit de capacité électrique de 10 % en raison de pluies particulièrement faibles pour une période de mousson. Les réservoirs des barrages de Sharavathi, Supa et Mani ne sont qu’à 20 % de leur capacité totale. Le gouvernement de l’Etat doit décider sous peu si oui ou non il organise des coupures d’électricité programmées. Il discuterait parallèlement de l’achat de 500 MW de capacité supplémentaire auprès de l’Etat voisin du Chhattisgarh. Notons que la ville de Bangalore est en train d’enfermer ses transformateurs électriques dans des caissons métalliques. Les travaux sont en cours pour 176 transformateurs. Un total de 700 a été identifié dans le cadre d’un projet à 5 ans.

– Dans ses pages Finance, l’Economic Times relève que les coupures de courant dans la région de Chennai pourraient y freiner les investissements : « difficile de convaincre des investisseurs d’installer leurs entreprises avec seulement 300 jours d’électricité par an. »

– Dans une tribune publiée dans les pages business du Times of India, Utkarsh Rai, directeur exécutif d’Infinera India, s’en prend à ce qu’il identifie comme deux mythes des entreprises IT en Inde. Au premier, « je suis sous-payé mais mon chef n’est pas d’accord », il répond que « le salaire représente la valeur d’un salarié telle que déterminée par ses supérieurs. » Et d’expliquer à quel point il peut être difficile de convaincre le salarié du bienfondé de décisions prises sur la base d’une vision globale quand le salarié ne dispose que d’informations fragmentaires recueillies auprès de ses collègues. Le second mythe identifié par Utkarsh Rai, c’est « j’aurais dû négocier un meilleur salaire à mon embauche. » Réponse : « un salaire plus élevé implique des attentes plus grandes de la part de l’entreprise, attentes qui peuvent être difficiles à satisfaire. »

– Les « Ringback Tones », ces mélodies qui permettent de faire patienter un correspondant en musique pendant que le téléphone sonne, devrait bientôt s’ouvrir à la publicité, selon l’Economic Times. OnMobile, spécialiste des services à valeur ajoutée pour le téléphone mobile, s’apprête à commercialiser son système ad hoc, baptisé AdRBT, auprès des opérateurs mobiles indiens, mais aussi à l’étranger.

You are currently browsing the IT India blog archives for juillet, 2008.