India

Posts Tagged ‘Satyam’

Vite lu dans la presse indienne

– La récession est là, selon 69 % des gestionnaires de fonds d’investissement sondés par Merrill Lynch. Il y a un mois, seulement 44 % des sondés percevaient les effets de la crise financière sur l’économie réelle. [ToI]

– La crise économique touche aussi l’Inde. Et ses premiers effets se font ressentir sur les recrutements. Les instituts indiens de management commencent en effet à courtiser les entreprises IT locales, faute de déboucher dans le secteur traditionnel de la banque, les services financiers et l’assurance. [ToI] De leur côté, les jeunes diplômés des instituts technologiques commencent à recevoir des lettre de « regret », sur l’air de « désolé, on ne peut plus vous engager. » 15 étudiants de l’IIT Kharagpur, le plus ancien IIT indien, ont reçu des lettres de ce type de la part de trois entreprises IT américains de premier rang. [ET] Le salaire d’entrée dans l’entreprise devait être 10 700 euros annuels. Mais la crise à de bons côtés pour les SSII : elle contribuerait à faire chuter l’attrition dans leurs rangs. [ET]

En bourse, c’est la chute aux enfers. Le Sensex, le principal indicateur de la bourse de Mumbai, a reculé brutalement 21 207 points début janvier, à moins de 10 000 points, son plus bas depuis février 2006. [ToI] Mais pendant ce temps, l’inflation recule, à 11,44 %. [MM]

– Il n’y a pas de petites économies. Selon des salariés de TCS, la SSII aurait commencé à déployer des mesures de réduction des coûts drastiques : l’entreprise ne fournit plus de stylos et il n’y a plus de serviettes pour les mains des salariés, aux toilettes. [DNA] Chez Cognizant, c’est la subvention patronale des déjeuners qui aurait été supprimée, de même que celle portant sur les trajets domicile/travail.

– L’industrie IT peut bien essayer de nier l’impact de la crise financière sur son activité, il y a un indicateur qui ne trompe pas : l’activité hôtelière. Et là, oh surprise, les hôtels de Bangalore et d’Hyderabad ont revus leurs prix à la baisse. [DNA] La baisse reste faible, entre 1,5 et 2,2 %, mais survient alors que les taux d’occupations ont eux-mêmes reculé, de 67 à 65 % à Bangalore.

– Pas de chance. Non contents d’être moins bien traités par leurs employeurs, de voir leurs débouchés restreints, voilà que les ingénieurs indiens en informatique commenceraient à être boudés par les indiennes. La roue tourne. [IT]

Amsterdam, la tête de pont de l’industrie IT indienne en Europe ? La capitale des Pays-Bas accueille déjà 30 entreprises indiennes, dont Wipro, TCS, Styam, Cognizant et Infosys. [ITE]

– Le compte à rebours commence ! L’Inde lancera sa première mission spatiale automatisée vers la Lune le 22 octobre. [BS]

– La 3G va être légèrement retardée, du moins l’attribution des licences. Le ministère indiens des télécommunications a indiqué qu’il ne lui serait pas possible de finaliser le processus avant la mi-janvier, avec signature des contrats et règlement du montant des licences le 25 janvier. [FE]

– Selon le WiMax Forum, l’Inde devrait représenter un marché de 13 Md$ pour cette technologie sans fil, en 2012. [HBL] Manque de chance, pour l’heure, le prix des PC grimpe en raison du recul de la roupie. [HBL]

– Bonne nouvelle – modeste au regard des besoins – pour la banlieue de Mumbai et Pune : ces zones vont recevoir 100 MW de capacité électrique supplémentaire, produits dans une centrale de 250 MW du groupe Tata qui doit entrer en service dans un mois. [DNA] Mais l’Inde compte surtout sur le nucléaire pour résoudre ses difficultés d’approvisionnement électrique : en 2050, le nucléaire doit assurer 35 % de la production électrique locale. [HT]

Airtel s’apprête à lancer ses services de télévision sur IP avec Infosys. Le planning de déploiement de l’offre n’a pas été précisé. [ITE]

– Encore un ingénieur embarqué dans une trouble affaire ! Cette fois-ci, il sort tout droit des installations d’Infosys à Chennai. Et il est accusé d’avoir adressé des courriels de menaces au président indien Pratibha Patil. [ITE]

– Un salarié d’une entreprise BPO a été retrouvé mort, dans une guest house de Noida. Une enquête devra déterminer les causes du décès. [ToI] Un ingénieur de Satyam, à Bangalore, s’est suicidé, de même qu’une autre de Nokia, invoquant le harcèlement de ses supérieurs dans une lettre d’adieux. [ITE] De son côté, le Nasscom entend lancer une campagne de lutte contre le harcèlement sexuel sur le lieu de travail. [DNA]

– L’Inde, destination privilégiée pour les déchets électroniques ? Aux US, recycler un PC coûte 20 $. Contre 2 $ en Inde. Du coup, l’Inde se retrouve avec 330 000 tonnes de déchets électroniques par an, sans compter les déchets illégaux. [BS]

Vie des entreprises

– Après Infosys, c’est au tour de Satyam de maintenir ses prévisions de recrutement pour l’exercice fiscal en cours. Pour celui-ci, il s’agit de 15 000 personnes. [HT] Mais, compte tenu de l’attrition, la croissance nette des effectifs devrait porter sur 8 000 collaborateurs. Satyam emploie actuellement plus de 50 000 personnes. Mais, la branche BPO de Satyam doit faire face au départ de son PDG, Venkatesh Roddam, remplacé – pour l’intérim – par Vijay Rangineni, directeur opérationnel. [HBL]

– De son côté, Tata Business Support Systems, la branche BPO interne du groupe Tata, prévoit de recruter 5000 personnes dans des zones rurales de l’Inde, sur cinq ans. [HT]

– Trop optimiste ? L’éditeur Softline prévoit de lever 10 MRs à l’occasion d’une entrée en bourse programmée pour juin prochain. Cette levée de fonds doit permettre le développement des infrastructures de Softline à Hyderabad, ainsi que son expansion à l’étranger. [BS]

– Philanthrope ? Dell vient d’ouvrir un centre éducatif à Hyderabad, doté de vingt PC, d’instruments de musique, et d’une bibliothèque. Le tout pour 40 000 $. [BS]

– Jaithirth Rao, directeur du conseil d’administration d’EDS pour la région Asie-Pacifique et fondateur de Mphasis, vient de quitter ses fonctions. Pour motifs personnels, officiellement. [HBL]

– On va attendre. British Telecom vient de suspendre ses projets de cession de sa participation dans l’entreprise indienne Tech Mahindra. La faute au contexte économique peu favorable. [ET]

– On se calme. Reliance Communications prévoit de réduire ses investissements. Au cours des deux derniers exercices fiscaux, l’opérateur a investi quelques 5 MRs. Officiellement, il ne s’agit que de tenir compte de l’aboutissement de certains projets lourds. [DNA] Ce qui n’empêche pas Reliance Communications de prévoir le développement d’une SEZ sur son campus de Mumbai. [HBL]

Polaris Software, un éditeur installé à Chennai, s’apprête à profiter de la crise pour faire ses courses aux Etats-Unis. Il s’agit d’acheter un spécialiste des solutions pour le secteur de l’assurance. Ni son nom, ni le montant de la transaction n’ont été communiqués. [FE]

IBM se voit en leader sur le marché indien des services informatiques. Et de s’appuyer sur une étude IDC lui attribuant 9,6 % du marché local. [ITE]

– De son côté, TCS a obtenu le marché de l’association de PME/PMI Pithampur Audyogik Sangathan, pour un montant non communiqué. [BS] Mais aussi un contrat d’e-gouvernance auprès de l’état de l’Orissa. [BS] Ainsi qu’un contrat pour la production des passeports. [FE]

Infotech Enterprises a quant à lui obtenu la prorogation de son contrat d’externalisation pour Bombardier Transportation. [HBL]

Schlumberger va installer une usine près de Pune, dans l’état du Maharastra. A priori, c’est pour 2010, avec des effectifs de 1000 personnes. [BS]

– Les activités de support SI de Lehman Brothers en Inde seront reprises par le japonais Nomura Holdings. 3000 emplois de sauvés. Pour le moment. [HT]

Tektronics va développer ses activités de R&D en Inde. Déjà, 85 % des nouveaux produits lancés depuis deux ans ont été développés dans le sous-continent. [ITE]

Vie des entreprises

– Logica vient de décider d’étendre sa présence indienne. La SSII s’apprête à ouvrir un nouveau centre de service à Chennai (anciennement Madras), dédié au BPO, à l’administration d’infrastructures et aux services applicatifs. Ce centre sera capable d’accueillir 1500 personnes. En tout, Logica prévoit d’employer 8000 personnes en Inde d’ici fin 2009.

Satyam vient de nouer un partenariat avec Oracle pour le développement d’applications médicales. Ce partenariat prévoit notamment la commercialisation du logiciel Clinical xPress de Satyam à l’abonnement pour les mondes de la pharmacie, des biotechnologies et de la recherche. Satyam commercialisera en outre les applications Oracle Remote Data Capture, Oracle Adverse Event Reporting System, Oracle Thesaurus Management System et Oracle Life Science Data Hub.

Wipro n’est pas oublié par Oracle. La SSII indienne vient de conclure un partenariat avec l’éditeur américain pour le développement d’un nouveau pack d’intégration de processus pour opérateurs télécoms. [TMN]

IBM poursuit son offensive sur le cloud computing en ouvrant quatre nouveaux centres de recherche et de développement dédiés au nuage et au service des universités et services publics qui souhaiteraient tester des services et applications en ligne sur ce type d’architecture. Big Blue possède désormais 13 centres dans le monde et multiplie les annonces d’ouvertures, de partenariats et services dédiés au cloud computing (voir à ce sujet notre article consacré à la stratégie d’IBM dans le cadre du dossier Cloud Computing publié il y a quelques semaines).
Quatre pays sont concernés par l’annonce du jour. L’Inde, avec un centre à Bangalore ; le Vietnam, à Hanoi ; la Corée du Sud, à Seoul ; et le Brésil, avec un centre à Sao Paulo.

Microsoft est aux prises avec le fisc indien. Celui-ci lui réclame quelque 2,56 MdRs pour l’exercice 2006-2007. Le géant de Redmond est tout simplement accusé d’évasion fiscale : l’administration indienne estime que son implantation de Gurgaon, dans la banlieue de New Delhi, ne travaillait pas effectivement pour Singapour mais commercialisait ses produits et services en Inde. [NewsX]

Infosys croît à la croissance des services d’administration d’infrastructure. Selon la SSII, les entreprises veulent se concentrer sur leur cœur de métier et déléguer. Du coup, elle voit bien son chiffre d’affaires sur le secteur progresser de 25 % cette année. L’an passé, il était de 1,3 MdRs.  [ET]

– La branche BPO de HCL en a fini avec la croissance organique. Ce n’est pas complètement nouveau, mais cette stratégie de croissance externe est réaffirmée avec force. [DNA]

– Qui réussira à manger l’unité de conception de Flextronics en Inde ? TCS et Tech Mahindra seraient sur les rangs. Et sur les dents. [ET]

– Pourquoi ignorer le marché domestique ? C’est probablement la réflexion que se sont faits les cadres de Wipro qui ont passé près de deux heures à négocier avec la banque indienne SBI. L’objectif ? Décrocher une part du gâteau de 30 MdRs de dépenses IT prévues par SBI pour deux années à venir. Alléchant ? [BS]

– La co-optation marche aussi pour les clients. Oracle propose ainsi jusqu’à 50 000 $  de commission pour toute personne qui lui amène un nouveau client (5 % du contrat). [HBL]

Vie des entreprises

TCS vient de remporter le marché de la chambre de compensation européenne LCH.Clearnet. Aux termes du contrat, TCS fournira sa solution BaNCS Market Infrastructure et notamment sa technologie Synapse Clearing, retenue notamment pour sa résilience. Les conditions financières de la prestation n’ont pas été communiquées. [HBL]

TCS, encore, veut se développer selon le modèle du SaaS (Software as a Service) et même, plus loin, du ITaaS, afin de séduire les PME indiennes. [DNA]

Infotech Enterprises serait sur le point de racheter un spécialiste européen de l’ingénierie automobile, pour un montant de l’ordre de 30 à 40 M$. [HBL]

Plus question de se contenter des télécoms pour Barthi Airtel : l’opérateur entend désormais se diversifier dans… les services informatiques, sur le modèle du SaaS. Il serait déjà en négociation avec Oracle, SAP, Microsoft, Google et Jamcracker, et vise les PME. [HBL]

Satyam veut se renforcer sur le marché de l’aéronautique. Pour cela, il débauche des cadres supérieurs de Boeing, Airbus, Cadence et Bombardier. Satyam vise une part du gâteau de 60 Md$ que représente l’ingénierie aéronautique. [HBL]

Pour TCS, il semble temps d’aller chercher des recrues hors des frontières indiennes. La SSII s’apprête à multiplier les centres de formation de par le monde, en Uruguay, en Hongrie, au Vietnam ou encore aux Philippines. [HBL]

Wipro vient de remporter un contrat à 1,21 MRs en Arabie Saoudite, à Jeddah, auprès de l’université de sciences et de technologie du roi Abdullah, pour déployer un PGI et gérer les données étudiants. [HBL]

Les SSII indiennes n’affichent plus la même sérénité face à la crise

La récente faillite de la banque américaine Lehman Brothers fait des remous jusque dans le sous-continent indien. Jusqu’ici, la crise financière mondiale était plutôt présentée sous l’angle d’une opportunité. Les SSII indiennes ne cessaient de clamer à qui voulait l’entendre que, poussées par le besoin de réaliser des économies supplémentaires, les entreprises occidentales allaient se jeter dans leurs bras. Mais ce discours semble avoir fait long feu. Ranil Ambani, le président du conseil d’administration de Reliance Capital, l’assure désormais : « l’Inde ne peut pas rester immunisée contre la crise financière globale. »

Une préoccupation croissante

Dans The Hindu, Wipro reconnaît qu’il perd un client avec la faillite de Lehman Brothers. Mais en minimise l’impact : cette banque ne lui aurait apporté qu’un chiffre d’affaires « modeste », avec une petite centaine d’employés expatriés sur site. Satyam réfute tout impact direct sur son activité mais se déclare désormais « concerné » par les développements de la crise aux Etats-Unis. Dans DNA, Ganapathy Subramaniam, président de TCS Financial Solution, résume l’ambiance : « il est difficile de prévoir l’impact direct de ces événements, mais le scenario qui commence à se dégager inquiète de plus en plus. » A contre-courant de la tendance, V Balakrishan, directeur financier d’Infosys, continue d’afficher la confiance : Lehman Brothers, Merrill Lynch et Bank of America (qui doit racheter Merrill Lynch, NDLR) « sont nos clients mais cela n’aura pas d’impact sur notre chiffre d’affaires ; tout dépend de qui paie. Dans le cas présent, ce sera désormais Bank of America, notre plus gros client. »

Recul en bourse

Dans The Economic Times, un analyste relève que les marchés sont prudents, sinon inquiets : c’est 40 à 45 % du chiffre d’affaires du top 5 des SSII indiennes, généré par les services bancaires et financiers, qui est exposé. En bourse, cette inquiétude est déjà perceptible. Comme le relève DNA, l’action TCS, à Mumbai, a perdu 1,61 % mardi, contre 0,64 % pour celle d’Infosys mais 3,21 % pour celle de Satyam. Plus globalement, les valeurs IT ont perdu 1,44 % à Bombay ce mardi avec des pertes de l’ordre de 2 à 4 % pour Wipro, Mphasis, Tech Mahindra ou encore Aptech. HCL est parvenu à rester dans le vert. Comme insensible au contexte, HCL prévoit d’ailleurs de réaliser trois ou quatre acquisitions, aux Etats-Unis, dans le secteur des services financiers. 

Vite lu dans la presse indienne

– Le marché indien de la téléphonie mobile est le second au monde en nombre d’abonnés, derrière la Chine, mais le premier en rythme de croissance : fin juillet, il y avait 296 millions d’abonnés au téléphone mobile en Inde, contre 192,98 millions un an plus tôt, soit une progression de 53,44 % en un an. La bonne nouvelle ? Cela pourrait continuer encore longtemps ; le taux de pénétration n’est que de 29 %… et certains utilisent déjà 2 voire 3 téléphones mobiles. [NewsX] D’ici cinq ans, c’est un total de 600 millions d’abonnés que l’on attend. [FE] Quant à la 3G, qui doit arrivée d’ici la fin 2009, elle devrait principalement à ouvrir de nouvelles ressources en fréquences pour les communications vocales. [ToI]

– La situation reste durablement difficile sur le front de l’électricité. En 2004/05, ce sont 10 254 MW de capacité qui ont fait défaut à l’Inde pendant les heures de forte demande. Pour 2008/09, la prévision était de 18 073 MW. Le déficit réel de capacité devrait atteindre 21 701 MW. [FE]

– L’inflation reflue quant à elle modestement, à 12,10 %. Mais certains s’attendent à la voir remonter au troisième trimestre, jusqu’à atteindre 13,5-14 %. [FE]

– La biométrie fait son entrée dans les classes des 115 écoles de la ville de Vadodara : elle sera utilisée, notamment, pour… faire l’appel. [IE] Mais pas que des élèves : cela servira aussi à contrôler la présence des enseignements et des autres personnels.

Présidentielles US : le Nasscom avance ses pions en coulisses. Le syndicat patronal des SSII indiennes a organisé de nombreuses réunions avec les équipes d’Obama et de McCain afin de faire la promotion de l’externalisation en Inde. [ToI]

– Pas question de se laisser faire. Les cybercafés de Pune ont décidé de saisir la Haute Cour de Justice de Mumbai pour contester les contraintes que l’administration locale entend faire peser sur leur activité. [IE]

– Du boulot en plus pour Greenpeace, en Inde : selon la chaine de télévision ITV, les déchets recyclables collectés auprès des foyers britanniques sont illégalement abandonnés dans des puits du Tamil Nadu. C’est moins cher que de recycler. [DNA]

– Cela va faire rêver quelques PDG occidentaux : Sameer Sain, PDG du fond indien Future Capital, s’octroie une rémunération annuelle correspondant à près 25 % du bénéfice net de son entreprise. Dans le sous-continent, ces rémunérations dorées commencent à faire jaser. Les patrons de SSII ne figurent pas dans le Top 50 des privilégiés. [ET]

Vie des sociétés. MPhasis (EDS) ouvre de nouvelles installations à Hyderabad, installations dédiées aux services de support applicatif, avec 100 personnes pour commencer et un objectif à 12 mois de 1000 collaborateurs. [HBL] Wipro ouvrira, dans six mois, un nouveau centre de BPO à Vizag, d’une capacité de 1200 postes dans un premier temps puis de 6000 à terme. [HBL] Infosys maintient ses projets de recrutement de 18 000 personnes pour cette année, et pour la suivante. Mais attention : les augmentations de salaires reculent ; elles resteront inférieures à 10 % en moyenne. [FE] Satyam croît à l’opportunité des marchés émergents. Il escompte y remporter au moins 3 à 4 contrats, pour un montant compris entre 8 et 50 M$, d’ici la fin décembre. [ET]

– Satyam mise sur Windows Vista. La SSII reprend à son compte les prévisions de migration vers Vista de Gartner. La SSII y passe elle-même – 17 000 de ses 51 000 postes de travail ont déjà migré – mais, surtout, chercher à profiter de l’aubaine : elle a créé un laboratoire de test de compatibilité logicielle pour aider ses clients à migrer rapidement. [HBL]

– Selon Forrester Research, plus de 40 % des grandes entreprises américaines et européennes prévoient de réduire leur budget IT pour 2009. Au final, pour Infosys, « chaque jour, nous recevons des mauvaises nouvelles des Etats-Unis. » [DNA]

Vite lu dans la presse indienne

Programme chargé pour cette revue de presse indienne hebdomadaire avec, un accord important pour le développement du nucléaire civil en Inde, les pénuries d’électricité, ou encore l’ouverture de discussions pour la libéralisation des échanges entre Inde et Europe. Mais on parle aussi du marché domestique indien des services informatiques, de la situation économique, de la formation des ingénieurs en informatique, ainsi que de leur fidélisation.

– C’est la fête sur le front de l’énergie : l’Inde va pouvoir étendre son parc nucléaire civil. Cet été, le pays avait conclu un accord bilatéral en ce sens avec les Etats-Unis. Mais cet accord doit être ratifié par le congrès américain ; ce n’est pas encore le cas. Plus rapide, le groupe des pays fournisseurs de technologies nucléaires (NSG) vient de donner son feu vert au commerce de ces technologies avec l’Inde. Sans surprise, Paris s’est manifesté comme l’un des principaux soutien de l’Inde : Jacques Chirac avait déjà conclu un accord bilatéral avec le sous-continent, en ce sens, en février 2006. [ToI] Du coup, la France – avec Areva – prend une petite longueur d’avance. Petite parce que la Russie collabore déjà à la construction de deux centrales nucléaires de 1000 MW dans la ville de Kundakulum. L’Inde est longtemps resté dans une situation particulière : considéré comme pays « ami » des pays occidentaux, il détient l’arme nucléaire mais n’a jamais accepté de signer le traiter de non prolifération, se fermant ainsi certaines possibilités de commerce et de développement. Seul bémol, relevé par la presse indienne : la Chine a formulé des objections à l’entrée de l’Inde dans le club des pays nucléarisés. Retrouvez l’histoire du nucléaire indien ici.

– Dans l’immédiat, l’électricité continue d’être un problème au quotidien. A Chennai, on vient de passer à 5h sans électricité par jour. [IBN] A Pune, on vient de passer à 7h. [ToI]

– Des discussions vont commencer dès aujourd’hui à Bruxelles entre des représentants de la Commission Européenne et le ministre indien du commerce en vue d’un accord pour une ouverture plus large des marchés respectifs. Au menu des discussions : commerce de biens et de services, investissement et propriété intellectuelle. Le fruit des négociations devrait être présenté à l’occasion de la visite à Paris du premier ministre indien Manmohan Singh, dans le courant du mois de septembre. [HT] Et le gouvernement indien de pousser en faveur d’un accord bilatéral facilitant la mobilité des travailleurs. [ToI]

– On regarde encore du côté de la campagne pour les élections présidentielles aux Etats-Unis. En effet, le candidat démocrate Barack Obama a fait part de son intention d’industrialisation le processus d’attribution des visas H2B. La réflexion retient l’attention ici : les visas H2B sont notamment utilisés pour envoyer des collaborateurs de SSII indiennes, de l’autre côté du Pacifique, auprès de leurs clients.

– L’enquête sur les attentats d’Ahmedabad et de Bangalore, fin juillet, se poursuit. La police aurait retrouvé des disques durs utilisés par les suspects, dans un cybercafé. [EI]

– Le marché domestique, l’autre relais de croissance des SSII indiennes. Elles l’on longtemps négligé mais s’y intéressent de plus en plus. Il a progressé de 42% en 2007 et devrait atteindre 23,3 Md$ en 2008, selon le Nasscom. [ET] Les premiers exemples d’entreprises ayant recours à l’informatisation pour améliorer efficacité et rentabilité sont là. [FE] Reste que les entreprises indiennes ne sont pas encore très adeptes du BPO. [IBN] Alors, récession au US oblige, les SSII indiennes ne se tournent pas seulement vers l’Europe, elles visent aussi le Japon. [ET]

(suite…)

Vite lu dans la presse indienne du week-end

– Le réseau de Airtel a bien été victime, ce vendredi, d’une panne monstre dans la région de Mumbai. Le Sunday Times explique qu’un incendie a ravagé une partie des « commutateur critiques [du réseau d’Airtel] à Mumbai, cinq pour être précis. L’incident s’est soldé par un black-out de plus de 12h. Afin d’éviter d’apporter un service minimum à ses clients, Airtel a demandé l’aide de Vodafone qui la lui a apportée bien volontiers. En Inde, Airtel en tête du marché de la téléphonie mobile avec 69,4 millions d’abonnés. Vodafone tient la seconde place avec 49,2 millions d’abonnés. Mais à Mumbai, c’est Vodafone qui est en tête avec 3,7 millions d’abonnés contre 2,5 pour Airtel.

Le fièvre de l’IT n’est pas retombée. Dans le seul état du Rajasthan, quelques 40 000 étudiants ont décidé de participer aux tests d’entrée dans les écoles supérieures d’ingénierie en informatique. Le Sunday Times précise que seules 20 000 places sont disponibles.

– Je ne sais pas si le Rajasthan est victime de coupures d’électricité. Mais Vasundhara Raje, premier ministre de l’état, entend bien lutter contre le vol et le gaspillage de l’électricité. Et de proposer des récompenses en espèces sonnantes et trébuchantes pour encourager les initiatives qui vont dans ce sens. A Mumbai, j’avais entendu dire que de nombreuses lignes électriques étaient piratées.

– Le Business Standard revient sur la stratégie des sociétés indiennes de développement logiciel. Celles-ci – et principalement les PME – souffrent de la crise aux Etats-Unis, un pays dont dépend 75 % de leur chiffre d’affaires. Elles se tournent donc vers l’Europe avec une démarche en trois étapes : investir dans la communication ; ouvrir des bureaux dans certaines grandes villes européennes ; et former des personnels aux langues – autres que l’anglais – et cultures européennes. Pour l’heure, l’Europe ne rapporte que 2 Md$ par an aux sociétés indiennes de développement logiciel. Celles-ci espèrent porter ce chiffre à plus de 4 Md$ en 2010.

– Grandir. C’est l’ambition de MindTree. L’entreprise vient de lever quelques 1 000 MRs auprès de HSBC et de Citibank afin de financier sa croissance. Premier investissement : la construction d’un campus capable d’accueillir 3000 salariés, à Chennai ainsi que l’extension de ses installations à Bangalore.

– Après TCS, c’est au tour de Wipro et de Satyam de présenter leurs résultats pour le premier trimestre. Le premier a enregistré un bénéfice net de 9080 MRs, soit 25 % de mieux qu’un an plus tôt, pour un chiffre d’affaires de 40,405 MdRs (+39 %). A court terme, Wipro prévoit une légère croissance de son chiffre d’affaires mais affiche sa prudence. De son côté, Satyam a enregistré une progression de près de 45 % de son bénéfice net, à 5477 MRs, et de 43,2 % de son chiffre d’affaires, à 26 MdRs.