India

Posts Tagged ‘Smartesting’

L’autonomie, clé de la fidélité des salariés indiens ?

Un salarié heureux, fidèle, est d’abord un salarié qui se sent libre d’initiative et autonome. Kalian, le collaborateur indien de Michel Guez, qui dirige l’implantation indienne de Smartesting, à Bangalore, voit ainsi et les choses et ne s’en cache pas. Il n’a jamais travaillé pour une entreprise indienne et espère bien pouvoir l’éviter… Question: «compte tenu de l’autonomie dont vous disposez chez Smartesting, envisageriez-vous d’aller, par la suite, travailler pour une entreprise indienne ?» Réponse : «Non. Je ne veux pas travailler pour une entreprise indienne. En dix ans d’expérience, je ne l’ai d’ailleurs pas fait. Mais je sais comment ça se passe, par les retours de mes amis qui y travaillent. Il y a beaucoup de bureaucratie; la hiérarchie est très pesante. Les règles ne sont pas très bonnes. Il n’y a pas beaucoup de liberté et la capacité individuelle de décision est limitée. Pour la moindre petite chose, il faut demander à son supérieur l’autorisation. Et les gens sont de toute façon tellement habitués à ce fonctionnement qu’ils n’ont pas les tripes d’en sortir.»

Et ce ne serait pas exclusif des entreprises indiennes : cela vaudrait aussi pour les implantations indiennes de multinationales, dirigées par des indiens.

(suite…)

Regards croisés sur la crise financière telle que l’a traversée Bangalore

Si l’industrie IT indienne a clairement et rapidement relevé la tête, la traversée de la crise financière n’a pas été complètement indolore. Cela s’est traduit dans les résultats trimestriels des grandes SSII indiennes, tout particulièrement entre le 4ème trimestre 2008 et le 3ème trimestre 2009. Mais sur le terrain, au quotidien, et précisément à Bangalore, comment cela s’est-il passé ? C’est la question que j’ai posée à trois personnes qui vivent sur place : deux indiens et un français.

Karthik Shekhar, secrétaire général du syndicat Unites en Inde.

Pour Karthik Shekhar, secrétaire général du syndicat Unites, la crise a dû générer «environ 50 000 pertes d’emploi. Officiellement, l’industrie ne fournit pas de chiffres; nous tirons cette estimation des contacts que nous avons eu. Les salariés de Wipro que tu as rencontré la dernière fois font partie de ceux qui ont perdu leur boulot pendant la récession.» Pour Michel Guez, qui dirige l’implantation indienne de Smartesting, «il y a eu une réaction tardive, comme un tsunami qui serait arrivé avec un temps de retard. Mais quand les grandes SSII ont pris la mesure de la chose, leur réaction a été violente. Elles ont coupé toutes les dépenses, viré des sous-traitants – il faut bien avoir à l’esprit que 20 à 30 % des effectifs réels de ces SSII ne sont pas employés en interne. Ces sous-traitants ont sérieusement souffert. Notre partenaire de l’époque, par exemple, a du passer, du jour au lendemain, de 100 collaborateurs à une petite vingtaine. Et encore, en inter-contrat…» Un épisode violent, donc, mais très court.

(suite…)

You are currently browsing the IT India blog archives for novembre, 2010.