India

Posts Tagged ‘TCS’

Inde : en zone rurale, les banques s’informatisent pour lutter contre la pauvreté

Favoriser l’inclusion, amener les populations rurales à embrasser la transformation de l’Inde et échapper à la pauvreté. Ce sont les objectifs affichés d’initiatives en faveur de l’accès aux services bancaires et à des crédits subventionnés par l’Etat dont l’informatique est l’une des clés de voute.
Il faut compter une bonne heure d’une autoroute presque vide, désespérante, traversant de vastes espaces semi-désertiques, pour atteindre le village de Dandumailaram depuis Hyderabad. Nous sommes ici dans l’Andhra Pradesh, dans l’est du pays, au nord de Bangalore et de Chennai. Dandumailaram compte quelques milliers d’habitants d’une population encore fortement agricole. Et coupée du monde, ou presque. Enfin, du moins pourrait-on être tenté de le penser. Ici, certains réseaux mobiles ne passent pas, comme celui de l’opérateur public BSNL. D’autres oui, comme celui d’Airtel qui fournit des téléphones publics GSM, sur la façade des échoppes. Pas de ligne fixe ici. Pas de 3G non plus, qui s’est pourtant bien développée dans les grandes agglomérations du pays en l’espace de seulement un an.

Sur la route, nous nous arrêtons au niveau de l’entrée d’un parc de loisirs au design improbable, construit il y a quinze ans et fortement marqué par le temps, Mount Opera. Nous retrouvons Suresh Kumar, de C-Edge. Pourquoi venir jusqu’ici ? Tata Consultancy Services (TCS) nous a proposé de venir y découvrir le travail d’une co-entreprise établie en partenariat avec la banque centrale indienne, la RBI : C-Edge, justement.

Apple, un client très courtisé des SSII indiennes

Sur le campus d’Infosys, à Bangalore.

Branle-bas de combat chez les SSII indiennes. Le directeur informatique d’Apple, son DSI, Niall O’Connor, est passé par Bangalore fin janvier, selon nos confrères de l’Economic Times of India. Infosys et Wipro lui ont déroulé le tapis rouge. L’enjeu est de taille : Apple sous-traiterait développement et maintenance applicative auprès de SSII indiennes pour environ 100 M$ par an, soit 20 % de l’ensemble de ses dépenses d’externalisation. Mais Apple chercherait des partenaires pour étendre son recours à la sous-traitance, jusqu’à multiplier par quatre les montants mis en jeu.

Lors d’une visite d’un centre d’innovation de Tata Consultancy Services, à l’été 2008, le rôle de cette autre SSII dans l’infrastructure des Apple Store avait été évoqué : c’est elle, TCS, qui a mis en place le système de «caisse nomade», pourrait-on dire, qui est utilisé dans les boutiques d’Apple pour fluidifier le processus d’achat.

Pour la petite histoire, la vidéo ci-dessous a provoqué quelques remous, quelques mois après sa mise en ligne; certains ont même parlé d’images volées alors qu’elles ont été tournées de manière totalement ouverte et avec le consentement des personnes y intervenant.

La suite est à lire sur MacGé »

Europcar sélectionne TCS pour le développement de services IT en France

Tata Consultancy Services (TCS) vient de remporter un contrat de plusieurs années, d’une valeur de plusieurs millions d’euros, auprès d’Europcar, pour le développement de services informatiques pour ses activités en France.

Dans un communiqué, Pascal Vallerent, directeur du centre de compétences d’Europcar Information Services, explique que ce contrat doit permettre de «mettre en oeuvre un processus continu de développement structuré et standardisé au sein d’Europcar ». Quant à avoir retenu la SSII indienne, Pascal Vallerent explique avoir trouvé le partenaire qui l’aidera «à optimiser à la fois la gestion de ses coûts et ses délais de mise sur le marché ». Et de louer «la stratégie de localisation de TCS grâce à des équipes mixtes à tous les niveaux », un élément qu’il identifie comme un «facteur clé dans le processus de sélection ».

La crise en Europe, catalyseur du développement de l’offshore en Inde ?

Souffrira, souffrira pas ? Le doute semble le plus complet sur les conséquences qu’aura réellement la crise économique – des deux côtés de l’Atlantique – sur l’industrie indienne des services informatiques. Une chose est sûre : au dernier trimestre 2011, l’activité des quatre principales SSII indiennes sur le Vieux Continent a progressé. Grâce à la crise, selon certains.

Certes, certains signes de la crise économique sont là : réduction de la part variable des salaires, pression des clients sur les tarifs… S.D. Shibudal, Pdg d’Infosys, n’a d’ailleurs pas cherché à cacher ses inquiétudes, lors de la présentation des résultats de la SSII pour le dernier trimestre 2011 : dans un communiqué, il expliquait ainsi que «l’économie mondiale, marquée par une croissance ralentie dans les marchés développés, couplée à la crise en Europe, pourrait impacter l’industrie IT [indienne] ».

En fait, le chiffre d’affaires des quatre principales SSII indiennes a progressé au dernier trimestre 2011, le tassement de la croissance sur un an est évident (voir graphique ci-contre).

Résultats : les prévisionnels d’Infosys inquiètent

La troisième SSII indienne vient de présenter de bons résultats trimestriels pour la fin de l’année 2011. Mais ce sont ses prévisions pour les mois – sinon trimestres – à venir qui inquiètent. La direction d’Infosys ne fait d’ailleurs pas mystère d’un climat économique difficile.

Ça va bien pour Infosys. Ou plutôt, ça allait bien. La troisième SSII indienne vient de déclarer un chiffre d’affaires de 1,8 Md$ pour le dernier trimestre 2011. C’est 3,44 % de mieux qu’au trimestre précédent, et près de 14 % de plus qu’un an plus tôt. Bonne nouvelle pour les marges de l’entreprise, le bénéfice net a progressé plus rapidement que le chiffre d’affaires : au dernier trimestre de l’année, il a atteint 458 M$, soit une progression de 11,4 % par rapport au trimestre précédent, et de près de 15,4 % sur un an. Le tout alors qu’Infosys n’a fait progresser ses effectifs que de 3 266 salariés sur la période, en portant le total à 145 088.

Autant de chiffres qui auraient de quoi réjouir. S’il n’était le commentaire de S.D. Shibudal, Pdg d’Infosys. Dans un communiqué, il explique ainsi que «l’économie mondiale, marquée par une croissance ralentie dans les marchés développés, couplée à la crise en Europe, pourrait impacter l’industrie IT [indienne] ». Et d’assurer vouloir se concentrer sur «les opportunités à long terme en investissement dans des plateformes et des solutions, qui accélèrent l’innovation, améliorent les bénéfices pour nos clients et créent une valeur plus importante ». Une stratégie engagée concrètement au printemps dernier avec la réorganisation de la direction d’Infosys.

Rachat de Lufthansa IT : TCS moins enthousiaste

Selon l’Economic Times of India, Tata Consultancy Services (TCS) aurait pris du recul par rapport la division IT de la compagnie aérienne Lufthansa.

Nos confrères indiquent ainsi que TCS a cessé de «poursuivre activement l’acquisition de [Lufthansa IT] en raison de préoccupations sur sa rentabilité et de difficultés à aboutir à un accord avec les syndicats de la compagnie aérienne,» citant trois personnes proches du dossier. Les législations du travail en Europe sont notamment évoquées comme des éléments de blocage pour délocaliser, offshore, des ressources et assurer la rentabilité du projet.

Cognizant continue son insolente ascension

Jusqu’où ira Cognizant ? Cette vraie-fausse SSII américaine a réalisé un chiffre d’affaires de 4,6 Md$ en 2010, contre 3,3 Md$ en 2009. Soit une progression de près de 40 % ! Au troisième trimestre 2011, Cognizant a enregistré, pour son cinquième trimestre consécutif, une croissance de plus de 30 % par rapport à la même période un an plus tôt, pour un chiffre d’affaires de 1,6 Md$. Plus que HCL Technologies et un peu moins qu’Infosys (1,75 Md$) et Wipro (1,85 Md$). La seconde place sur le podium n’est plus simplement une cible lointaine, elle est largement entrée dans le viseur. D’ailleurs, avec un bénéfice net de 227,1 M$ pour la période, Cognizant vient tutoyer Wipro et ses 265 M$.

Il faut dire que la SSII a multiplié les signes d’agressivité au cours des dernières années : rachat du centre de BPO captif d’UBS, en Inde, fin 2009, de Galileo, en France, pour le test logiciel, en juin 2010, de CoreLogic India et ses 4 000 employés, cette année… Cognizant serait sur les rangs pour racheter l’activité services financiers d’Oracle en Inde.

Les SSII indiennes profitent des derniers rayons de soleil

Le calme avant la tempête ? Récemment, encore, les SSII indiennes se voulaient rassurantes quant à leurs perspectives d’activité malgré des situations économiques tendues sur leurs deux marchés de prédilection : l’Amérique du Nord et l’Europe. Désormais, le doute ne semble plus permis : les chiffres ont parlé et les résultats trimestriels des SSII indiennes montrent déjà quelques premiers signes d’inflexion.

2,5 Md$ de chiffre d’affaires pour TCS, au troisième trimestre 2011. 1,85 Md$ pour Wipro, suivi d’Infosys à 1,75 Md$, et enfin de HCL Technologies qui franchit la barre du milliard de dollars de CA trimestriel pour la première fois. En apparence, ces chiffres peuvent paraître bons. Et à juste titre : pour TCS, la croissance sur un an est de 26 %, contre 24,6 % pour HCL. Mais déjà, pour Infosys, elle n’est que de 16,7 %. Et de 6,1 % pour Wipro, premier à abandonner la croissance à deux chiffres. Au second trimestre 2011, les chiffres étaient plus flatteurs : tous les quatre affichaient une croissance sur un an de leur chiffre d’affaires trimestriel de plus de 20 %; et même de plus de 30 % pour HCL et TCS. Et il ne faut par chercher là de saisonnalité : l’an passé, à la même période, les quatre première SSII indiennes enregistraient une croissance sur un an de leur CA trimestriel supérieure à 20 %, sinon flirtant ou dépassant même (pour TCS), les 30 %.

Kti Dossot, TCS : «nous avons une stratégie à long terme; nous ne sommes pas là pour faire des coups»

Selon le dernier baromètre PAC sur les prestataires de services IT France, TCS se classe 65ème. Loin derrière le numéro un du secteur, IBM, ou encore de Wipro qui, arrivée 39ème s’affirme comme première SSII indienne dans l’Hexagone. Mais Tata Consultancy Services s’avère menaçant, lui qui a réalisé une croissance de rien moins que 72 % en 2010, à 61 M€, contre 24 % pour Wipro et 20 % pour Infosys. Retour avec Kti Dossot, directrice chargée du développement commercial de TCS en France, sur la stratégie de la SSII.