India

Posts Tagged ‘TCS’

La France nouvelle cible des SSII indiennes ? HCL confirme

Rajeev Sawhney , président d’HCL Technologies Europe.

La semaine dernière, j’ai rencontré le directeur pour l’Europe de HCL, cinquième SSII indienne (mais l’agonie de Satyam devrait bousculer ce palmarès). L’occasion de confirmer une tendance entrevue avec TCS : la France est bien identifiée comme un relais de croissance pour les SSII indiennes. Entre deux couplets sur « HCL, prestataire global » – un tic de communication apparemment bien partagé par les SSII du sous-continent -, Rajeev Sawhney , président d’HCL Technologies Europe, a confirmé l’importance du marché français pour cet acteur indien, qui a pris son essor à l’origine dans la construction de matériels informatiques.

Dans une Europe continentale qui pèse un tiers de l’activité du groupe – avec comme premier client une grande banque allemande -, la présence française de HCL a longtemps été marquée par le contrat avec Airbus, pour des services d’ingénierie. Si, porté par l’avionneur, HCL est présent à Toulouse depuis 9 ans, il n’a réellement investi le marché – en ouvrant des bureaux à La Défense notamment – qu’en 2008. La SSII vient d’ailleurs de recevoir le prix de l’investisseur international de l’année attribué par Paris Île-de-France Capitale Économique (une association dépendant de la Chambre de Commerce et d’Industrie de Paris visant à promouvoir l’investissement dans la région capitale). Rajeev Sawhney glisse d’ailleurs envisager ouvrir d’autres bureaux dans d’autres villes de l’Hexagone.

Le partenariat avec GFI conforté

« Le timing est bon pour les SSII indiennes, explique-t-il. Le contexte économique pousse les entreprises à réduire les coûts et à se montrer inventives. La France est une de mes priorités, je passe beaucoup de temps dans l’Hexagone ». Sans préciser la nature des accords qu’il entend signer, Rajeev Sawhney m’a toutefois confirmé que, pour renforcer sa présence dans l’Hexagone, HCL compte s’appuyer sur le partenariat avec GFI dont disposait une des récentes acquisitions de l’Indien, l’Anglais Axon. Rappelons que ce dernier est spécialisé dans le conseil SAP, progiciel pour lequel HCL affirme disposer de 5 000 compétences dans le monde.

Aujourd’hui, les services pèsent quelque 2 milliards de dollars parmi les 5 milliards de chiffre d’affaires généré par HCL.

La crise soumet les SSII indiennes à une pression inhabituelle

La crise est bien là et ses effets se font sentir sur les SSII indiennes. Infosys observerait ainsi une réduction de 5 % des budgets de ses clients européens, selon nos confrères du Financial Express. TCS ferait déjà face à des annulations de projets. De son côté, le Nasscom, représentant le patronat indien des SSII, vient de réviser une nouvelle fois à la baisse ses prévisions de croissance pour l’exercice fiscal en cours – qui sera clos au 31 mars prochain – à 16-17 % pour un volume d’affaires de 47 Md$. Et de miser sur une croissance 15,3 % pour l’exercice fiscal suivant, pour un volume d’affaires de 60 Md$. Pour Infosys, la croissance, ne serait-ce que pour l’exercice en cours, a des chances d’être encore inférieure à la dernière prévision du Nasscom.

Prudence généralisée

Parallèlement, selon The Economic Times, un nombre croissant d’entreprises chercherait à obtenir des contrats basés sur un principe de partage des risques, intégrant une part de rétribution variable, dépendant des bénéfices opérationnels obtenus par le client à l’issue de l’implémentation de la solution. Le risque financier pour le fournisseur est assez évident… Mais d’autres stratégies sont également développées par les entreprises clientes. Certaines demanderaient par exemple un rabais en l’échange d’un engagement sur un certain volume d’activité pour une période donnée. Le tout dans un effort massif de passage d’une tarification aux ressources mis à disposition à une tarification forfaitaire. Dans ce contexte, les petites et moyennes SSII seraient particulièrement vulnérables. Mais la prudence vaut dans les deux sens : TCS prévoit de qualifier son cahier de commandes sur la base de la solvabilité de ses clients.

Inquiétudes sur l’emploi

Sur le front de l’emploi, l’heure semble, du coup, à la rigueur. L’industrie IT indienne aura créé 223 000 emplois entre mars 2008 et mars 2009 ; elle en créera moins de 100 000 au cours des douze mois suivants, selon le Nasscom. TCS va par exemple repousser un peu la date effective d’entrer en fonction de ses jeunes recrues. Les salaires, pour les jeunes recrues, auraient quant à eux déjà reculé de 10 %. Infosys ne cache pas le risque d’un éventuel recul généralisé des salaires. La SSII aurait en outre placé 2200 collaborateurs jugés peu performants sous surveillance. Ce n’est qu’un petit choc, mais des licenciements ont déjà été annoncés par l’éditeur Sapient, à raison de 300 personnes remerciées en Inde.

Confrontés à cette tension, les salariés semblent bien partis pour chercher à s’accrocher à leur poste : les niveaux d’attrition atteignent des niveaux plancher chez les SSII indiennes, à moins de 15 % voire moins de 12 % chez certaines.

Des perspectives incertaines

Les SSII indiennes attendaient beaucoup du budget prévisionnel du gouvernement indien. C’est une déception, notamment sur le plan de la fiscalité et des avantages liés à certaines zones d’économie spéciale. Mais, pour faire face à la crise, l’industrie IT indienne mise surtout sur les marchés publics locaux, encouragée en ce sens par le ministre indien du commerce, Kamal Nath. Et le Nasscom d’enjoindre aussitôt le gouvernement à débloquer rapidement les budgets ad hoc. Et si KPMG encourage les SSII indiennes à étendre leur présence sur les marchés asiatiques – alors que les investisseurs gagnent précisément la région au détriment de l’Inde –, de nombreux défis attendent ces SSII face à leurs homologues multinationaux. A commencer par le CA par collaborateur, limité à 50/55 000 $ pour les SSII indiennes contre 100 000 pour IBM ou Accenture. Mais une présence véritablement globalisée susceptible d’ouvrir d’autres portes, peut-être plus lucratives. IBM apparaît là comme symptomatique d’une situation potentiellement préoccupante : le géant nord américain pourrait prendre 50 % du marché IT intérieur de l’Inde d’ici la fin 2010, en volume. En valeur, le seuil symbolique aurait déjà été franchi.

Vie des entreprises

– Selon une source citée par The Economic Times of India, TCS se préparerait à rappeler, en Inde, 20 % de ses effectifs dépêchés sur site, aux Etats-Unis. [ET] Un porte-parole de la SSII nie l’affirmation mais rappelle que, positionner un maximum de ressources humaines en Inde est autant dans l’intérêt de TCS que dans celui de ses clients. TCS a par ailleurs signé un contrat de 100 M$ avec le revendeur télécoms britannique 4U. [ET] Sony cherche à externaliser la gestion de son SI. C’est un contrat évalué entre 60 et 100 M$, pour 3 à 5 ans. TCS serait bien placé pour l’emporter. [ET]

– Mauvais temps pour les expatriés indiens. Selon The Hindustan Times, les salariés indiens de Microsoft titulaires de visas H1-B pourraient être parmi les premiers concernés par la vague de suppression de postes annoncée. [HT]

– Mais les salariés indiens de Boieng peuvent se réjouir : ils devraient échapper à la charrette. [ToI]

– Pas congé, chez Accenture, en Inde, jusqu’au 31 mars. [HBL] La SSII entendrait ainsi pouvoir facturer à ses clients des heures supplémentaires et préserver la part variable de la rémunération de ses collaborateurs.

– 18 à 24 mois. C’est, selon Wipro, le temps qu’il devrait falloir attendre avant de voir le retour des « gros » contrats d’externalisation, des contrats qui porteront sur le déploiement de nouveaux produits mais aussi… sur la gestion de l’intégration après des opérations de fusion/acquisition. [ET]

Nokia renforce son tropisme indien. Le constructeur finlandais dispose déjà d’un centre de développement à Chennai ; il vient de nouer un partenariat avec HCL pour la création d’une co-entreprise qui sera dédiée à la commercialisation de produits et services mobiles dans le sous-continent. [ITE]

– Un second campus pour Infosys à Kolkata (Calcutta). La SSII vient de se voir octroyer 100 acres pour étendre son implantation locale. [BS] Parallèlement, elle vient de se voir attribuer la sous-traitance des activités récurrentes du service des impôts sur le revenu, pour 2,5 MdRs, pour 5 ans. [LM] Mais la SSII aurait néanmoins déjà réduit ses effectifs présents sur le territoire des Etats-Unis afin de réduire ses coûts, et poursuivra sa politique de chasse aux salariés les moins performants. [DNA] La part variable des salaires pourrait, quant à elle, souffrir du recul de l’activité outre-Atlantique. [BS]

IBM vient de remporter un contrat de près de 20 $ – sur 8 ans – avec l’opérateur Idea Cellular pour l’intégration de son SI entre deux cercles du Karnataka et du Punjab. [HBL]

Reliance Communications ouvre ses services GSM. [NewsX] Dans le cercle d’Orissa, il proposera une offre commerciale associant ses réseaux CDMA et GSM. [BS]

– Autour de Kolkata (Calcutta), l’opérateur public BSNL prévoit d’ouvrir, courant février, des services de téléconférence. [HT]

– Cela n’aura pas mis longtemps. Mphasis, qui a perdu son PDG il y a peu, vient d’en nommer un nouveau, Balu Ganesh Ayyar, ancien vice-président de HP en charge des services hébergés pour la région Asie-Pacifique. [HBL]

Vite lu dans la presse indienne

– Les SSII indiennes semblent en passe de réussir leur pari de réduction des délais de règlement, au cours du quatrième trimestre 2008. Infosys serait en moyenne parvenu à réduire ce délai de 4 jours, contre six pour Wipro, neuf pour TCS et 10 pour Polaris. [ET] Mais le taux d’utilisation des effectifs semble en phase de contraction. Chez TCS, il serait ainsi passé de 74,7 à 71,8 % entre le troisième et le quatrième trimestre 2008. Même tendance chez Infosys. [ET] Assez logiquement, le Nasscom, la chambre syndicale du patronat des SSII indiennes, revoit à la baisse ses prévisions de recrutement pour l’exercice fiscal 2010 – qui commencera en avril 2009. Sans donner de chiffre, le Nasscom indique tout de même que les recrutements dans les SSII indiennes devraient être inférieurs aux 2,5-3 millions prévus précédemment. [BS] La dépense IT domestique suffira-t-elle à éviter la récession ? Elle progressera moins vite que prévu, à 14 % environ, contre 18 % attendus. [ET] Prudentes, les SSII ont tout de même préféré confier l’essentiel de 200 MdRs de liquidités aux banques indiennes du service public. [ET]

– L’Inde va rejoindre l’Agence Internationale des Energies Renouvables (Irena). Le sous-continent s’acquittera d’un ticket d’entrée de plus de 110 000 $ pour pouvoir prétendre à des transferts de technologie et à des efforts de R&D cojoints. [HT]

– La Russie, nouveau concurrent de l’Inde et de la Chine ? C’est probable, selon l’institut RNCOS qui relève que 50 % de l’offshoring en Europe de l’Est va déjà à la Russie. [ITE] Et alors que l’Inde chercher à développer son offre de R&D offshore, c’est la Chine que apparaît comme un concurrent d’envergure. [HBL]

Vie des entreprises

Axon n’est qu’un début. HCL Technologies indique qu’il entend procéder à d’autres acquisitions, à court terme, avec, en ligne de mire, des spécialistes des services d’ingénierie, de l’environnement Blackberry, de SAP, et du BPO. [ET]

– Le PDG de Mphasis (EDS), Jeya Kumar, vient de démissionner, « pour saisir des opportunités de carrière externes » a expliqué la SSII. Jeya Kumar occupera sa fonction jusqu’à ce qu’un remplaçant soit nommé. Jeya Kumar a été nommé PDG de Mphasis en… février 2008. [HBL] Son départ sera-t-il lié aux procédures d’économies en vigueur ? La SSII va chercher à concentrer ses implantations à Bangalore, mais aussi et surtout à réduire sensiblement les émoluments des membres de son conseil d’administration et de sa direction – jusqu’à 45 % ! [BS]

Wipro étoffe son offre, avec des services liés à la reprise d’activité, dont notamment l’automatisation des workflows et des processus associés. [TMN] Et de se lancer dans le SaaS sur le marché de l’informatique hospitalière. [ITE] Tout en préparant trois acquisitions dans le domaine des services d’infrastructure. [DNA]

Satyam vient de conclure un partenariat avec l’éditeur K2 afin de développer des solutions de gestion des processus métier (BPM) sur plateformes Microsoft. [HBL]

Infosys vient de remporter un important contrat avec la banque du Punjab visant à informatiser les 1 300 implantations locales de l’institution. [FE]

TCS roule pour l’écurie Ferrari de Formule 1. Et ce, pour les trois prochaines années. [HBL] Et quitte à verser dans la mécanique, la SSII a aussi décroché un contrat avec Ducati. [HT]

– La crise économique n’a pas empêché Cognizant d’empocher plusieurs contrats de 50 à 100 M$, dont l’un avec client nord américain existant, pour des développements Oracle, ou encore d’autres avec Deutsche Telekom et Healthnet. [ToI] Ni GenPact de remporter un gros contrat avec Hyatt, ou encore Infosys, avec AstraZeneca. [ToI]

Infrasoft, un éditeur de solutions pour la banque et services financiers installé à Mumbai, s’apprête à réaliser deux acquisitions en Europe et quatre aux Etats-Unis, pour un montant total de 30 M$. [BS]

HP cherche à toucher au-delà des grandes villes indiennes, notamment dans les états du Guajarat et du Rajasthan. [HBL]

Intel prévoit d’aider les équipementiers et les opérateurs WiMax en Inde, ne serait-ce qu’en matière de promotion, afin d’aider au décollage de cette technologie dans le sous-continent. [ITE] Le fondeur vient par ailleurs de lancer « Net Yatra », une opération de sensibilisation et de formation à Internet. [FE] A cela, il convient d’ajouter le programme de formation Intel Teach lancé à Hyderabad. [HBL] Ainsi que 23 M$ d’investissements dans des entreprises indiennes. [ET]

– De son côté, Microsoft peut de targuer d’avoir signé avec 70 startups indiennes dans le cadre de programme BizSpark, un programme… gratuit de mise à disposition de certaines de ses solutions. De quoi mieux les faire connaître. [HT]

IBM s’occupera des serveurs, des infrastructures de stockage, des services réseau et du logiciel d’administration de la banque privée Madhav Nagrik Sahakari, pendant 5 ans, pour un montant non communiqué. [ITE]

– Les salariés indiens de Motorola n’échapperont pas à la curée. 100 d’entre eux vont être remerciés. [HBL]

Tata Teleservices prépare le déploiement de son réseau GSM. C’est Nokia Siemens Network qui a remporté le gros lot pour la fourniture des équipements d’infrastructure. Le montant précis du contrat n’est pas connu, mais Tata Teleservices avait précédemment indiqué vouloir investir 1,5 Md$ en deux ans pour le déploiement national de son réseau GSM. [HBL]

– Améliorer sa connexion IP internationale. C’est la volonté de l’éditeur Polaris, installé à Chennai, qui vient de s’offrir un réseau privé MPLS auprès de Verizon.

Raccourcir les files d'attente aux caisses…

Samedi, fêtes de Noël oblige, je me suis prêté au cérémonial de la file d’attente dans un grand magasin. En fait, ce n’était que la Fnac, mais c’était long. Cet épisode fastidieux m’a renvoyé aux Apple Store que j’ai pu visiter aux Etats-Unis et en Chine. Avec une constante : une petite astuce est mise en oeuvre pour réduire le temps d’attente aux caisses. Cette petite astuce, simple mais redoutablement efficace, consiste en quelques vendeurs dotés de postes d’encaissement électroniques mobiles, intégrant lecteur code barre, TPE et imprimante pour le reçu et le ticket de caisse. Une caisse nomade, en somme. J’avoue, je suis plus adepte du petit commerce de proximité que des grands magasins. Du coup, je l’assume sans mal : je n’ai pas encore vu cette solution mise en oeuvre ailleurs. En revanche, j’ai eu, cet été, l’occasion de découvrir d’où elle vient : il s’agit du centre d’innovation de Tata Consultancy Services de Chennai, qui travaille notamment sur les solutions IT pour la vente de détail – avec l’exploitation des marqueurs RFID – et… pour les compagnies aériennes et l’exploitation des programmes de fidélité. Petit reportage.

Vie des entreprises

– L’heure des emplettes a sonné ? Infotech Enterprises veut racheter une SSII de rang international spécialisée dans l’automobile. [HBL] Mais les courses fonctionnent aussi pour les entreprises occidentales. General Electrics chercherait ainsi à se développer en Inde par croissance externe. [ToI]

Tech Mahindra diversifie son activité. Et la SSII d’ouvrir une division spécialisée dans la mise à disposition de collaborateurs spécialisés pour les entreprises occidentales. [ET]

– La compagnie Air India veut mettre à jour son SI. Ceux qui ont vu de près un poste de travail Air India comprendront : les terminaux fonctionnement en mode ligne de commande ; c’est assez impressionnant. Mais cette mise à niveau, Air India demande un prêt préférentiel au gouvernement. [FE]

– Subventionner les ventes des équipementiers canadiens. C’est manifestement la stratégie retenue par l’agence canadienne de développement des exportations qui entend subventionner à hauteur de 150 M$ les achats d’équipements GSM de l’opérateur indien Reliance Communications. [ToI] Il faut dire que le déploiement du réseau GSM de Reliance constitue un marché alléchant. Rien que pour les terminaux, il devrait représenter quelque 770 M$. [BS]

Nokia Siemens Networks et Bosch, notamment, cherchent des partenariats dans le Kerala. 17 entrepreneurs indiens se sont ainsi rendus en délégation rencontrer des PDG d’entreprises du Technopark local. [BS]

– Le SaaS, ça marche pour TCS. La SSII vient d’engranger deux importants contrats avec des organisations indiennes désireuses de s’informatiser sans investissement lourd initial. [BS] TCS devrait en outre remporter le marché de l’informatisation de la couverture santé des salariés indiens. [ET]

– Le Moyen-Orient fait partie de ces destinations sur lesquelles les SSII indiennes veulent développer leur activité. Satyam prévoit de s’installer au Qatar. [ITE] Avant de faire des acquisitions en France. [ITE] Parallèlement, la SSII s’associe à l’IIT d’Hyderabad pour ses efforts de R&D en matière de data mining et de logiciel libre. [BS]

– A Chennai, HP s’associe à l’IIT Madras pour un projet de R&D sur les interface homme-machine, conduit en coopération avec l’université de New York. [HBL]

Infosys profite à plein de sa relation avec British Telecom. L’opérateur britannique serait devenu un client à plus de 100 M$ pour la SSII. Il figure dans son « top 3 ». [ET] A Bangalore, le SSII récompense financièrement ses salariés qui arrivent plus tôt et évitent les bouchons. [ToI]

Cisco vient de geler ses programmes de recrutement pour l’Inde, en raison d’un effort global de réduction des coûts. [DNA]

– L’Inde réussit à Dell. Le constructeur vient d’enregistrer une croissance annuelle de 48 % de son CA local, pour une progression de 77 % de ses volumes de ventes. [HBL]

Oracle ouvre un centre de R&D conjoint avec Wipro à Bangalore. [HBL]

– Les SSII SAP, la terre promise ? Infosys et Wipro évalueraient les opportunités de rachat de SSII européennes spécialistes de SAP telles que BearingPoint et IDS Scheer. [ET]

Vie des entreprises

– TCS parie sur l’industrie des télécoms. La SSII vise particulièrement les marchés indien, canadien, africains et d’Amérique du Sud pour s’y développer. [ET]

– HP vient de remporter un important contrat d’externalisation de l’infrastructure SI de l’industriel indien Godrej. Les employés de la division des systèmes d’information de Godrej Industries vont rejoindre les rangs de HP India. [HT]

Wipro vient de remporter un large contrat d’externalisation auprès du brasseur latino-américain AmBev, un contrat estimé à 36M$. [CW] Parallèlement, la SSII cherche à acquérir un spécialiste de la certification pour étendre son offre de test et de certification des logiciels. [DNA] Mais reporte l’ouverture d’un centre de développement à Atlanta. [ITE]

Tech Mahindra, spécialiste indien des solutions et services pour l’industrie des télécommunications vient d’ouvrir son sixième centre d’excellence, au Royaume-Uni, afin d’étendre son activité en Europe. [HBL]

Motorola se désengage de son centre de développement logiciel de Malaisie. L’occasion pour Satyam d’acquérir 128 développeurs compétents à moindre coût. [FE]

Google cherche à attirer les développeurs indiens. Le géant de l’Internet vient d’organiser une conférence dans ce sens, à Bangalore. [HBL] Cisco affiche les mêmes intentions mais les étend à d’autres pays émergents tels que la Jordanie et l’Afrique du Sud. [HBL]

NTT DoCoMo vient de prendre une option sur le marché du téléphone mobile à la plus forte croissance au monde, s’offrant quelque 26 % du capital de Tata Teleservices pour 2,7 Md$. [TH]

Vie des entreprises

– Après Infosys, c’est au tour de Satyam de maintenir ses prévisions de recrutement pour l’exercice fiscal en cours. Pour celui-ci, il s’agit de 15 000 personnes. [HT] Mais, compte tenu de l’attrition, la croissance nette des effectifs devrait porter sur 8 000 collaborateurs. Satyam emploie actuellement plus de 50 000 personnes. Mais, la branche BPO de Satyam doit faire face au départ de son PDG, Venkatesh Roddam, remplacé – pour l’intérim – par Vijay Rangineni, directeur opérationnel. [HBL]

– De son côté, Tata Business Support Systems, la branche BPO interne du groupe Tata, prévoit de recruter 5000 personnes dans des zones rurales de l’Inde, sur cinq ans. [HT]

– Trop optimiste ? L’éditeur Softline prévoit de lever 10 MRs à l’occasion d’une entrée en bourse programmée pour juin prochain. Cette levée de fonds doit permettre le développement des infrastructures de Softline à Hyderabad, ainsi que son expansion à l’étranger. [BS]

– Philanthrope ? Dell vient d’ouvrir un centre éducatif à Hyderabad, doté de vingt PC, d’instruments de musique, et d’une bibliothèque. Le tout pour 40 000 $. [BS]

– Jaithirth Rao, directeur du conseil d’administration d’EDS pour la région Asie-Pacifique et fondateur de Mphasis, vient de quitter ses fonctions. Pour motifs personnels, officiellement. [HBL]

– On va attendre. British Telecom vient de suspendre ses projets de cession de sa participation dans l’entreprise indienne Tech Mahindra. La faute au contexte économique peu favorable. [ET]

– On se calme. Reliance Communications prévoit de réduire ses investissements. Au cours des deux derniers exercices fiscaux, l’opérateur a investi quelques 5 MRs. Officiellement, il ne s’agit que de tenir compte de l’aboutissement de certains projets lourds. [DNA] Ce qui n’empêche pas Reliance Communications de prévoir le développement d’une SEZ sur son campus de Mumbai. [HBL]

Polaris Software, un éditeur installé à Chennai, s’apprête à profiter de la crise pour faire ses courses aux Etats-Unis. Il s’agit d’acheter un spécialiste des solutions pour le secteur de l’assurance. Ni son nom, ni le montant de la transaction n’ont été communiqués. [FE]

IBM se voit en leader sur le marché indien des services informatiques. Et de s’appuyer sur une étude IDC lui attribuant 9,6 % du marché local. [ITE]

– De son côté, TCS a obtenu le marché de l’association de PME/PMI Pithampur Audyogik Sangathan, pour un montant non communiqué. [BS] Mais aussi un contrat d’e-gouvernance auprès de l’état de l’Orissa. [BS] Ainsi qu’un contrat pour la production des passeports. [FE]

Infotech Enterprises a quant à lui obtenu la prorogation de son contrat d’externalisation pour Bombardier Transportation. [HBL]

Schlumberger va installer une usine près de Pune, dans l’état du Maharastra. A priori, c’est pour 2010, avec des effectifs de 1000 personnes. [BS]

– Les activités de support SI de Lehman Brothers en Inde seront reprises par le japonais Nomura Holdings. 3000 emplois de sauvés. Pour le moment. [HT]

Tektronics va développer ses activités de R&D en Inde. Déjà, 85 % des nouveaux produits lancés depuis deux ans ont été développés dans le sous-continent. [ITE]