India

Posts Tagged ‘Vodafone’

Le lancement (raté) de l’iPhone 3G en Inde

Publicité pour l'iPhone 3G, devant une boutique Vodafone de Mumbai.

Plombé par un prix particulièrement élevé, l’absence de réseau 3G, ou encore d’iTunes Store, l’iPhone 3G n’a pas mobilisé les foules pour son lancement en Inde comme il a pu le faire dans les pays occidentaux. Retrouvez ici tous les billets du blogs Indi@ se rapportant à cet événement pour le moins en demi-teinte.

L’Inde aura bientôt son iTunes Store

Le retour de vacances

Qui veut s’offrir l’iPhone ?

La 3G se heurte à la bureaucratie indienne

iPhone 3G : à partir de 480 euros

Airtel veut couper l’herbe sous le pied de Vodafone

Panne monstre du réseau Airtel

L’iPhone fait rêver

Mumbai se prépare à l’iPhone

Qui veut s’offrir un iPhone ?

Chinmay Narawane with B. P. Singh while recieving first iPhone

Chinmay Narawane reçoit le premier iPhone vendu par Vodafone à Pune des mains de B. P. Singh, PDG de l'opérateur mobile.

Chinmay Narawane n’a pas trouvé le sommeil au cours des deux jours qui ont précédé le lancement de l’iPhone, tenu la nervosité. Grand amateur des produits Apple, il attendait l’iPhone avec impatience. Son attente a été récompensée : il a été sélectionné pour devenir le premier acheteur de l’iPhone 3G à Pune. En prime, il a profité d’une remise de 1000 Rs (15 euros).

Le très attendu iPhone 3G a été lancé à Pune, dans la nuit du 21 au 22 août. Chinmay a reçu le sien des mains de BP Singh, PDG de Vodafone Essar, dans le showroom de l’opérateur à Wakdewadi. Après s’être plié à toutes les formalités d’enregistrement de son achat, Chinmay s’est adressé au Pune Mirror.

Attractif malgré un prix élevé

« Je suis un fervent amateur des produits Apple. Au cours des 12 derniers mois, j’ai utilisé un iPhone de première génération acheté au marché noir. Je l’avais enrichi de 80 applications installées par mes soins. Dans l’attente du lancement de l’iPhone 3G, j’ai dû suivre quelque chose comme 200 blogs spécialisés, quotidiennement. Je travaille de nuit ; j’ai reçu l’e-mail annonçant le lancement à Pune il y a deux jours, à trois heures du matin. Je me suis inscrit sans perdre de temps », explique Chinmay.

(suite…)

L’Inde aura bientôt son iTunes Store

Qu’il eut été dommage pour Apple de ne pas profiter pleinement de la commercialisation de l’iPhone 3G en Inde pour s’ouvrir le marché local de la musique en ligne… Ce sera bientôt chose faite. Selon le Business Standard, Apple s’apprête à ouvrir « immédiatement » l’iTunes Store en Inde [Bien sûr, l’App Store est déjà ouvert, NDLR]. Enfin, ça reste officieux : aucun porte-parole de la firme à la pomme n’a accepté de confirmer l’information au quotidien économique. 

Mais ce serait l’occasion de remettre dans le droit chemin des acheteurs indiens de contenus multimédia, sur Internet, qui, selon le journal, achètent fréquemment, et sans forcément le savoir, des contenus pirates. Compte tenu de ce que j’ai pu apprendre sur la question du piratage en Inde, je ne suis pas surpris.

 

Des chiffres toujours aussi flous

Le Business Standard en profite pour préciser qu’Airtel et Vodafone revendiquent désormais quelques 400 000 réservations pour l’iPhone 3G. Le début d’une guerre de chiffres à la limite du vérifiable ?

Le doute est d’autant plus permis que l’on apprend, dans le Financial Express, que Vodafone s’est rapidement décidé à baisser le prix de l’iPhone de 1 500 Rs (23 euros environ…), quitte à rogner sur ses marges. Selon les sources du quotidien, Airtel aurait enregistré 1200 réservations à Mumbai, contre 1000 pour Vodafone.

Mais après l’achat de l’iPhone, il faut encore passer à la caisse avec l’abonnement. Chez Vodafone, il faut compter 799 Rs/mois (12 euros) pour un forfait 249 Min/250 Mo, ou 999 Rs/mois (15 euros) pour un forfait 299 Mins/600 Mo. Des forfaits « data only » sont également disponibles à 499 Rs/mois (8 euros) pour 250 Mo et 699 Rs/mois (10 euros) pour 600 Mo. 

Nota : j’en profite pour signaler l’application de partage de photos AirMe, développée par des indiens et disponible sur l’App Store. AirMe est compatible avec Flickr, Facebook et Twittr. Il permet de publier des photos géotaggées. 

Who wants to own an iPhone ?

Chinmay Narawane with B. P. Singh while recieving first iPhone

Chinmay Narawane with B. P. Singh while recieving first iPhone

Chinmay Narawane did not sleep for two days prior to Thursday in the anxiety to lay hand on his iPhone. He had reason to be so anxious as an Apple software enthusiast, he was looking forward to get the 3G handset. After that big moment came when he was chosen as the first customer to get iPhone in Pune, he received another good news : a reduced price of one thousand rupees.

The much awaited 3G iphone was launched in Pune on the night of 21 August. At the Vodafone show room in Wakdewadi, Chinmay was handed over the first handset by B. P. Singh, chief executive officer of Vodafone Essar Cellular Ltd. After all the formalities of registering his phone got over, he spoke to Pune Mirror.

(suite…)

iPhone 3G : à partir de 480 euros, en Inde [MàJ]

MàJ : Le lancement a eu lieu, loin de l’excitation constatée aux Etats-Unis ou en Europe.

Sur la base d’informations recueillies auprès de sources non précisées, le Business Standard affirme que l’iPhone 3G sera commercialisé en Inde à partir de 480 euros environ (31 000 Rs), pour sa version 8 Go. En version 16 Go, le prix pourrait atteindre 560 euros (36 100 Rs). [Note : ça vient du site Web de Vodafone India] Voilà qui est bien loin des prix colportés par les rumeurs.

Devant une agence Vodafone, à Mumbai

Malgré ces prix plus que conséquents, Vodafone et Airtel, les deux opérateurs ayant prévu de commercialiser l’iPhone 3G en Inde, pourraient compter sur 100 000 ventes en 12 mois. 10 000 unités auraient déjà été réservées, notamment chez Vodafone qui a commencé à assurer la promotion de l’iPhone en juillet.

Reste à savoir jusqu’à quel point Vodafone et Airtel seront pénalisés par leur refus de subventionner l’iPhone 3G. Le Business Standard affirme en effet que Les acteurs du marché gris seraient sur les starting blocks pour proposer des iPhone 3G débloqués à quatre voire cinq mille roupies de moins que les prix affichés par Vodafone et Airtel.

Surtout, on peut localement trouver l’iPhone de première génération à partir de 15 000 Rs. Et l’absence de réseau 3G en Inde – au moins pour les 12 prochains mois – permet à l’ancien modèle de conserver une bonne partie de son attractivité.

iPhone en Inde : Airtel veut couper l'herbe sous le pied de Vodafone

Au cours de mes trois semaines en Inde, je n’ai pas pu échapper à la campagne de promotion faite par Vodafone autour du lancement attendu de l’iPhone, d’ici la fin du mois d’août. Mais l’opérateur ne sera pas seul. Airtel, son principal concurrent (dont le réseau a connu une importante panne il y a peu), vient d’indiquer très officiellement son intention de commercialiser, lui aussi, l’iPhone 3G en Inde. Mais il s’est bien gardé d’indiquer un prix de vente.

Reste que l’iPhone 3G est très attendu dans le sous-continent. Quelques 150 000 iPhone 2G seraient en circulation, faisant de l’Inde le troisième marché non-officiel de l’iPhone, derrière la Russie et la Chine. Dans la pratique, il n’est pas rare d’en voir un dans les mains de quelque indien(ne) fréquentant des restaurants branchés.

Marketing climatique

En ce moment, c’est la mousson à Mumbai, la saison des pluies. Ca ne signifie pas qu’il pleut en continu – du moins depuis deux jours – mais que les pluies surviennent sans prévenir et sont d’une rare violence. Dans ces conditions, les cadeaux marketing de Vodafone semblent parfaitement appropriés : un blouson imperméable pour la souscription d’un abonnement à 600 roupies par mois, et un parapluie pour l’ouverture d’une ligne en prépayé « à vie » (le numéro n’expire pas). Mais il doit falloir penser à demander le cadeau : j’ai pris ce type de ligne en prépayé – pour accéder à la recharge maximum –  et l’on ne m’a pas proposé le parapluie. Sale temps…

Le mobile, même en moto, sans casque ni kit mains libres

Je suis arrivé à Mumbai vers 6h30, heure locale. Le temps de trouver un taxi et de récupérer ma chambre d’hôtel, il était dix heures, le bon moment pour m’atteler à ma première tâche sur place : me procurer un moyen de communication mobile efficace et pas trop cher. En effet, durant les prochaines trois semaines , je devrais rester joignable autant que lorsque je suis en France, que ce soit par mes collègues restés à Paris ou par les personnes que je dois rencontrer ici, quelque part entre Mumbai, Bangalore ou Dehli. Mais il n’est pas question d’exploser le budget prévu pour ce voyage pour les beaux yeux de l’un de nos opérateurs mobiles hexagonaux.

En Inde, Vodafone enregistre les pré-commandes pour l\'iPhone.Mon dévolu s’est jeté sur Vodafone. Ce n’est pas vraiment un hasard : l’opérateur dispose d’un point de vente à 50m de mon hôtel. En devanture, on peut d’ailleurs voir le teasing opéré autour de l’iPhone 3G. Cette proximité de l’antenne Vodafone n’est pas non plus un hasard : face à Airtel ou encore Reliance, Vodafone serait en position de force à Mumbai, selon une amie qui vit dans la banlieue de cette mégapole.

Pour prendre une carte prépayée, il faut se munir de son passeport ainsi que de l’adresse complète de son hôtel, même si l’on ne doit y rester que quelques jours. Surtout, il faut prévoir une photo d’identité. Un peu partout en ville, de petites officines proposent d’en réaliser en quelques minutes, à la manière de nos photomatons. Mais là, l’automatisation est réduite au minimum. Par exemple, à la gare de Church Gate, où j’ai fait réaliser ladite photo, le père tient l’officine et la caisse; un premier fils s’occupe des prises de vue, avec un petit compact numérique, mais aussi du calage du rideau qui sert d’arrière plan, de la mise à l’échelle et de l’impression sur une imprimante photo couleur domestique; un second fils assure le découpage et la livraison des photos au client. Une fois muni de tous les documents nécessaires, l’activation de la ligne prépayée est allé très vite.  

Du coup, j’ai pu commencer à communiquer mon numéro de mobile indien à toutes les personnes concernées. Et devinez quoi ? Mon téléphone s’est mis à sonner dans les minutes qui ont suivi ! Il faut dire que le mobile rencontre ici le même succès que partout dans le monde : je n’ai pas le taux d’équipement sous la main, mais il est difficile de croiser un indien qui ne tienne pas son mobile dans la main dans la rue. 

Quai de gare, à Mumbai, en heure creuseEn prenant le train pour aller dans le quartier de Bandra, je n’ai, en revanche, presque pas entendu de sonnerie de téléphone. Mais ce n’était ni un jour, ni une heure de pointe. Ce qui n’a pas empêché le wagon d’être bondé, une configuration finalement peu propice aux longs échanges téléphoniques. Et puis il y a les prix des communications. Rapportés au budget d’un européen, ils sont ridicules. Par exemple, appeler à Chennai depuis Mumbai, m’a coûté 1,5 Rs/min avec ma carte prépayée, l’équivalent de 0,02 €/min. reste que, rapportée au salaire d’un indien, la facture peut vite être significative.

Rue de Mumbai, perçue depuis un Rickshaw (sans le son)Ici l’interdiction d’usage du mobile au volant n’existe pas. Dans la rue, j’ai même vu plusieurs indiens téléphoner au volant de leur moto – dont un avec passager -, sans kit mains libres ni casque sur la tête. Franchement, j’en ai frémi compte tenu de la densité de la circulation routière locale et… de son côté chaotique aux yeux de qui débarque fraîchement des routes bien ordonnées et largement surveillées de France. 

Enfin, les services de type « ringback tone » – on écoute de la musique pendant que ça sonne chez son correspondant – m’ont l’air plutôt populaire, même chez les trentenaires : j’y ai été confronté avec plusieurs correspondants – tous sortis depuis longtemps de l’adolescence – au cours de cette première journée.