India

Posts Tagged ‘WiFi’

Failed WiFi public network project in Pune

The ambitious project taken by Pune Municipal Corporation has gone awry. The plan to provide wireless networks in the city have remained on the papers. Even though the officials justifies the failure citing recession, the project seems to have been shelved for good. The case in Pune was a unique one because the access here was to be provided without any charge or password. PMC was providing Wi-Fi service in co-operation with Microsense company.

Anupam Saraph, chief information officer of Pune Municipal Corporation said, « We had proposed to Microsense that a mechanism involving Citizen Facilitation Kiosks should be set up. The company had promised us to provide the facility within one year. The deadline given by the company is over since long but nothing has been done on that front. »

Saraph has another thing to say about the viability of WiFi. « Since the day this project was started, six more companies came into the picture. Some of the companies told us that they have their own infrastructure. They did not require our help. Also, this network was supposed to cease to be free long ago. But the ISP company failed to form a business model to run it. Now, looking at the recession scenario, I do not think there will be any progress in the project for at least coming six months. »

The WiFi dream in Pune started in 2006 when Pune Contonment first started WiFi connectivity. PMC declared to provide this facility withing a 20 km radius of Shivajinagar, Deccan Gymkhana, Aundh and Baner from July. The project was started from Sambhaji Garden on April te 4th 2007. When Pune Mirror checked the situation on Wednesday, there was no connectivity in the same garden.

The WiFi project received poor response from service providers. Before Microsense, PMC had signed a contract with Dish-Net. But that plan could not be realised because the Wi-Max policy was to be finalised. The WiFi experiment was going on under the supervision of Saraph. But he has left PMC few months ago. Since then, R. V. Erande is looking after the IT departmnet. But Saraph claims that even though he does not see day to day affairs of IT related matters in PMC, he is looking after special projects like WiFi system. These projects are termed as Vision 2020 and work on them is going on for about two years. Whereas PMC commissioner Pravinsingh Pardeshi confirmed that Saraph is no longer working PMC.

Writen with Siddharth Gadkari.

Wi-Fi networks under scrutiny

Investigations in the recent bomb blasts in major cities have brought security of Wi-fi networks in the focus. While the attempts are being done to make the network in the city, it could not be implemented because decision makers in this regard are not in Pune. 

Telecom Regulatory Authority of India has asked the government to ask Internet Service Providers (ISPs) to educate their consumers about the security measures. The case in Pune is totally different where wi-fi access is provided without any charge or password. Pune Municipal Corporation is providing Wireless Fidelity service in co-operation with Microsense company. Ignorance on the part of ISPs and consumers are putting these systems at risk. 

Anupam Saraph, chief information officer of Pune Municipal Corporation said, « Open wi-fi access is being provided in other cities like Delhi, Bengalore also. We had proposed to the Microsense that a mechanism involving Citizen Facilation Kiosks should be set up. Any wi-fi user must get a user name and password from these kiosks to access the network. But the decision makers of the company are in Chennai and only engineers are in Pune. Therefore that proposal did not came into reality. In fact, we are trying to make Pune most secure city. » 

A delay in forming business model by the company has also delayed the commercial operation of wi-fi network. This network was supposed to cease to be free long ago. But the ISP company failed to form a business model to run it. 

Deepak Shikarpur, Chairman IT Subcommmittee, Mahratta Chamber of Commerce Industries and Agriculture said, « This has become a big issue in the wake of terrorists and criminals hacking into innocent peoples wi-fi access. There are issues with routers and firewalls that has to be understood before using wi-fi system. » 

He said, « If you use a Wireless Router to access internet at your home or office, the wireless signals of the Router work till 60-70 ft without walls or restriction and any person within this range can connect to the wireless Router and use your internet connection. » 

Both Shikarpur and Saraph welcomed TRAI’s move to ask ISPs about educating their customers about security. 

(suite…)

Vite lu dans la presse indienne

– Cela peut sembler caricatural, mais l’image de l’Inde moderne, vue du Japon, semble se construire autour d’une industrie IT florissante et de… Bollywood avec, en tête d’affiche, l’incontournable Shahrukh Khan. [DNA]

– L’Inde attendrait-elle trop de la 3G ? Le ministère des finances estime pouvoir récolter quelques 400 MdRs des enchères pour les licences. Mais les observateurs estiment que les opérateurs vont chercher à limiter les dégâts et éviter d’offrir plus que le prix de réserver. Il n’y aurait en fait que 17 MdRs à gagner. [BS]

– On ne plaisante pas avec l’électricité dans un pays qui en manque cruellement. Les mauvais payeurs de l’état du Maharastra devraient prochainement l’apprendre à leurs dépens : ils ne recevront plus de courant. [DNA] Reste à espérer qu’ils ne fassent pas comme d’autres : se raccorder sauvagement à un branchement voisin.

– On ne lésine pas sur les investissements pour développer l’industrie IT.  L’état du Kerala a promis 200 MdRs pour s’imposer dans le paysage. [BS]

– Retour en Europe. Les Midlands britanniques veulent attirer les SSII indiennes. La région attire déjà les entreprises du sous-continent spécialisées dans l’ingénierie et l’automobile. Mais là, il est question de favoriser le développement de « l’économie du savoir. » [HBL] En attendant, l’industrie IT envoie quelque 11 000 personnes chaque année sur le territoire de sa Majesté. [ET]

– Les Hotspots WiFi vont continuer de se multiplier en Inde. Alpsoft vient de contracter avec la chaine Cafe Coffeee Day pour équiper 200 de ses cafés d’ici à mars 2009, dans 11 villes – Hyderabad, Mumbai, Pune, Delhi, Chennai, Ahmedabad, notamment. [BS]

Attirer les entreprises IT vers les zones rurales. C’est l’ambition de l’état du Karnataka qui vient de créer une « politique pour l’IT en zone rurale ». Et de faire la promotion de villes telles que Mysore, Mangalore ou encore Hubli. Un moyen de désengorger Bangalore ? [BS]

– Bonne nouvelle pour les industriels des services informatiques. Si les secteurs de la banque, des services financiers et de l’assurance risquent de réduire leurs dépenses IT à court terme, cela pourrait ne pas être du tout le cas des industries manufacturières de biens durables : Philips, Godrej, ou encore Samsung devraient dépenser 5 % de leur CA cette année pour moderniser leur SI. [BS]

L’inflation reste relativement stable. Fin septembre, elle était de 12,14 % sur un an. [BS]

Vite lu dans la presse indienne

– La situation économique indienne commence à inquiéter. La croissance de la production industrielle est tombée à 5,4 % au mois de juin, contre 8,9 % un an plus tôt. [ToI] Les coupures d’électricité constituent une autre source de préoccupation : elles menacent la compétitivité des entreprises indiennes, sinon leur survie. [DNA] Mais KC Reddy, analyste chez ABM Amro, estime que l’Inde profitera probablement du ralentissement économique mondial. [DNA]

– Le développement logiciel serait, selon le Nasscom, une piste très prometteuse pour la croissance indienne. Cette activité devrait générer 12 Md$ de CA en 2015, contre 1,4 Md$ en 2008. [FE][ET] L’industrie IT devrait recruter quelques 100 000 personnes en Inde dans les prochains. [ToI] Infosys investit d’ailleurs 10 MdRs pour construire son plus important campus à Hyderabad avec une capacité de 25 000 personnes. [ET] Mais, côté, écoles supérieures, on relève néanmoins un recul des recrutements. [HT]

– Le turnover dans les entreprises indiennes de BPO aurait chuté de 20 points à 30 %, selon le PDG d’Infosys BPO. Principale raison : les salariés chercheraient maintenant à faire carrière dans les entreprises de BPO. [ET]

– La pluie arrive ! Et ce n’est pas forcément une très bonne nouvelle. L’ouest du Maharastra (Mumbai) est à la limite de l’inondation. [ToI] D’autres états, à commencer par le Karnataka (Bangalore), doivent s’attendre à d’importantes précipitations dans le courant de la semaine. [FE] La production électrique souffre, par endroits, de ces fortes pluies, en raison de l’inondation de mines de charbon. [MM]

Tata Tele Services s’apprête à commercialiser les services de communication électronique de RIM. [HT] Parallèlement, l’opérateur investira quelques 2 Md$ pour développer son réseau GSM. [FE] Avec l’objectif de 100 millions d’abonnés en 2011. [DNA]

– Le processus d’attribution des licences 3G, par enchères, devrait être finalisé le 30 septembre. [FE] Mais des observateurs s’inquiètent de ses limitations [ET] et de l’avantage compétitif donné à Airtel et Vodafone [ET], alors même que des opérateurs internationaux, un temps intéressés par le marché indien, devraient jeter l’éponge. [ET] Et certains de relever que, plutôt que de penser 3G, il faudrait peut-être déjà penser 4G. [FE] Parallèlement, le gouvernement indien demande de créer une zone sans couverture mobile, de 500m de large, à proximité des frontières. [HT]

– La sécurité avant tout. Il pourrait être désormais plus difficile d’acheter une carte SIM en Inde : le ministère local de l’intérieur propose que l’on oblige tout demandeur de présenter deux abonnés comme garantie. Le but est d’éviter que des terroristes n’utilisent la téléphonie mobile pour communiquer. [ToI] Et tant pis les auteurs des attentats de Bangalore et Ahmedabad ont utilisé des cartes SIM étrangères.

– La fibre optique démarre lentement à Dehli et Mumbai. L’opérateur BSNL ne compte pour l’heure, dans ces deux villes, que 4 500 à 5000 abonnés. Le déploiement physique des fibres poserait des difficultés. [DNA]

– Le réseau WiFi public de Mumbai sera protégé contre les piratages. C’est du moins ce qu’affirment les autorités qui prévoient un système complet et strict d’enregistrement des utilisateurs, d’authentification et de supervision. [DNA]

– Apprendre à travailler ensemble. Les SSII indiennes telles que TCS, Wipro, Satyam et Cognizant ne se contentent plus de former leurs salariés à la culture de leurs clients occidentaux : elles s’attaquent aussi à la formation culturelle de leurs clients afin d’améliorer la qualité des interactions. [ET]

– La bataille est engagée autour des brevets logiciels. Dans le Financial Express, Venkatesh Hariharan, directeur des affaires corporates chez Red Hat, prend la plume pour défendre le point de vue des acteurs du monde du logiciel libre. [FE]

Vol de données. La banque d’investissement californienne Thomas Wiesel Partners vient d’engager des poursuites à l’encontre de BNP Paribas et de l’un de ses employés indiens, à Mumbai, pour vol de données confidentielles. Thomas Wiesel Partners soupçonne le directeur de l’unité de recherche de BNP Paribas à Mumbai, parti précipitamment fin 2007, d’avoir profité de son accès privilégié à ses données clients. [ET]

– Mauvaise nouvelle pour les indiens « marginalisés » : le système des quotas dans le monde de l’éducation ne devrait pas s’appliquer cette année aux 13 IIT du pays. [DNA][NewsX]

Vite lu dans la presse indienne du week-end

– Le compte de messagerie électronique utilisé pour revendiquer les attentats d’Ahmedabad – alarbi_gujarat@yahoo.com – n’aurait été créé que 10 minutes avant l’envoi de la dite revendication, selon DNA Saturday.

– Selon le supplément Westside Plus du Times of India, les agences indiennes de renseignement cherchent de plus en plus activement des pirates informatiques liés aux attentats de Bangalore et Ahmedabad. Selon ces agences, ces pirates auraient œuvré le 25 juillet, jour des attentats de Bangalore, afin, notamment, de réserver des billets d’avion sous de faux noms, avec des cartes de crédit piratées.

– TCS fournira un réseau WiFi public à Mumbai. Afin d’éviter les utilisations malveillantes, ce réseau sera sécurisé par un code d’accès individuel ; les utilisateurs potentiels ont un moins pour se déclarer et obtenir leur code d’accès.

– A compter du 20 septembre, les appareils électroménagers vendus en Inde feront l’objet d’un étiquetage spécifique mentionnant leur efficacité énergétique, sur la base d’étoiles, selon The Economic Times. Dans un premier temps, seuls huit types d’appareils seront concernés, avant une généralisation en 2009 : réfrigérateurs et transformateurs le 20 septembre, ampoules le 5 octobre, moteurs électriques le 26 octobre, et encore ventilateurs de plafond le 26 décembre.

– L’état du Maharashtra (Mumbai) voudrait s’attaquer à la question des économies d’énergie. Selon Hindustan Times, le gouvernement local pourrait imposer l’installation de chauffe-eau solaires dans toutes les nouvelles constructions. Et d’espérer une économie d’énergie de 20 à 30 % pour la production d’eau chaude sanitaire. Les mesures effectives seront présentées el 20 août prochain.

– Changement de politique tarifaire. HCL cherche à multiplier les contrats à prix fixe, réduisant parallèlement les prestations facturées sur la base du temps passé, selon DNA Money. Au cours du trimestre clos le 30 juin dernier, HCL a généré 35 % de son CA avec des contrats à prix fixe. L’augmentation de la part de ces contrats dans son CA devrait permettre à HCL d’absorber plus facilement l’augmentation de ses coûts salariaux. Et ainsi continuer d’embaucher : HCL prévoit de créer l’espace physique pour 16 000 nouveaux salariés, en deux ans, à Bangalore, Chennai, et Noida.

– Vers un changement de stratégie ? Dans DNA Today, Sudip Nandy, président de Wipro en charge de choix technologiques et des industries des médias et des télécommunications, lance entrevoir une inflexion dans la stratégie de croissance conduite par la SSII. Il explique ainsi que la politique de croissance externe conduite jusqu’ici lui a « fait rater des opportunités qui auraient été saisies si nous avions misé sur la croissance organique. » Wipro chercherait notamment à rattraper Infosys et TCS au Moyen-Orient où eux ont misé sur la croissance organique.

Vite lu dans la presse indienne du 1er août

– La recherche de l’auteur de l’e-mail de revendication des attentats d’Ahmedabad prend une tournure impressionnante : The Economic Times explique que la section anti-terroriste de la police de Mumbai a obtenu l’aide du Nasscom pour mener une fouille systématique de tous les ordinateurs personnels des habitants de la résidence Gunina Cooperative Housing Society où résidait Kenneth Haywood. Dans le Pune Mirror, on apprend que la police a subi un sérieux revers à Ahmedabad avec la disparition des enregistrements des caméras de surveillance qui auraient pu permettre de voir le visage des terroristes : « les fichiers ont été soit effacés, soit écrasés par de nouveaux enregistrements, » explique le quotidien.

– D’ici un an et demi, la région de Pune bénéficiera de 11 centrales électriques de cogénération pour une capacité de 185MW. Globalement, ce sont quelques 55 projets de centrales de cogénération qui ont été approuvés dans l’état du Maharastra pour une capacité totale de 1000 MW.

– Il n’y a pas qu’en Europe que les consommateurs sont mécontents des hotlines. The Economic Times relève, sans donner de chiffre précis, que « beaucoup » d’indiens partagent de sentiment. Principales de sources de mécontentement : des automates complexes, des interlocuteurs incompétents, le refus de prendre en compte une plainte au motif qu’elle serait « frivole » ; le refus de fournir des références de suivi de plainte ; le refus de laisser les consommateurs communiquer avec un supérieur ; et enfin le coût des appels aux hotlines.

– L’industrie IT indienne veut savoir à quelle fiscalité se ranger. The Economic Times explique qu’elle vient de demander au gouvernement indien de lui préciser si ses productions relèvent des services ou des biens.

– DNA Money explique que Reliance Communications, le premier opérateur mobile indien, n’achèvera son réseau GSM qu’en 2009. Le pays compte 23 zones de couverture ; Reliance Communications n’est présent en GSM que dans 8 d’entre elles. Pour l’heure, l’opérateur compte 43 millions d’abonnés CDMA contre seulement 8 millions d’abonnés GSM. The Times of India relève de 24% au premier trimestre, clos le 30 juin, à 15,12 MRs.

Vite lu dans la presse indienne du 31 juillet

– Mauvais temps pour les patrons de cybercafés. Dans Pune Newsline, j’apprends que tous les cybercafés ouverts sans licence délivrée par la police devront être fermés. C’est valable pour tout l’état du Maharastra et c’est bien sûr lié aux récents attentats de Bangalore et Ahmedabad. Las, ces autorisations ne concernent pas que des questions de sécurité informatique. Elles touchent aussi à la sécurité sanitaire, notamment pour la vente de boissons. Restent certains cybercafés iraient déjà au-delà des exigences des autorités en photographiant leurs clients et en notant les références d’une pièce d’identité.

– Selon The Indian Express, la police indienne considère comme très probable que l’ordinateur de Keith Haywood, cet américain dont la connexion à Internet a été détournée pour envoyer le mail de revendication des attentats de samedi à Ahmedabad, ait été infecté par un cheval de Troie : les terroristes auraient alors pu prendre le contrôle de l’ordinateur portable afin d’expédier leur courriel en toute impunité. Reste à savoir pourquoi Haywood a été choisi. Celui-ci a d’ailleurs précisé à la police avoir laissé un technicien, envoyé par son FAI, bidouiller sa connexion WiFi plus de 20 fois. Ce technicien aurait connaissance de son mot de passe et lui aurait clairement indiqué de ne pas le changer.

– Dans Mint, Nirai Seth revient sur l’intérêt croissant des SSII indiennes pour l’Europe continentale : « sur le campus d’Infosys, un groupe d’ingénieurs vient d’apprendre récemment les bases de l’étiquette française : toujours se lever lorsqu’une femme entre dans la pièce ; ne pas poser ses coudes sur la table ; et, plus important, ne pas parler affaires pendant le repas. » Vu de Bangalore, les législations européennes seraient un frein à l’externalisation vers l’Inde : « Ils sont un peu plus rigides [qu’aux Etats-Unis] », explique Ayan Mukeherji, directeur exécutif de Wipro pour l’Europe, tout ajoutant qu’il pense que les européens « vont développer plus de confiance à notre égard avec le temps. » Et Nirai Seth de s’attarder sur les procédures de formation culturelle mises en place chez TCS. Procédure sur lesquelles j’aurai l’occasion de revenir plus tard, dans LeMagIT.

Vite lu dans la presse indienne du 30 juillet, édition spéciale attentats

– Le terrorisme continue d’alimenter les premières pages de la presse indienne. Dans The Hindu, on apprend ainsi que 18 nouvelles bombes ont été désarmocées à Surat, le second centre de l’activité commerciale dans l’état du Gujarat. A Delhi, on annonce de nouvelles mesures de sécurité, à commencer par le départ des vendeurs installés le long de la rue Ajmal Khan Road. A Hyderabad, les SSII ont décidé de renforcer la sécurité de leurs installations. Le Mail Today, évoque de son côté un second e-mail envoyé par le groupe Indian Mujahideen ce lundi, annonçant d’autres attentats dans l’état du Gujarat, allant jusqu’à préciser ses cibles et son modus operandi. The Hindustan Times publie une interview de Kenneth Haywood, directeur général de Campbell White Executive Soft Skills Company, dont le réseau WiFi a été utilisé pour expédier le premier e-mail de revendication.

– Times of India explique pour sa part que les terroristes utilisent des cartes SIM de pays étrangers pour leurs communications. Ils les obtiendraient grâce à de faux papiers. Ces cartes SIM proviendraient principalement du Pakistan, de Dubai et du Royaume-Uni. Parallèlement, la police de Navi Mumbai demande aux Cyber Cafés d’installer des caméras de surveillance.

– L’enquête conduite sur l’e-mail de revendication des attentats d’Ahmedbad soulève la question de la responsabilité de l’abonné à Internet et du titulaire d’un compte de messagerie électronique. La législation indienne dispose, par extension aux moyens de communication électroniques, que le titulaire ou l’abonné est responsable en d’utilisation illégitime. A charge pour lui d’apporter la preuve de son innocence et d’un piratage de ces outils. WiFi est bien sûr en ligne de mire. Le gouvernement voudrait rendre obligatoire l’usage de mots de passe de sécurisation.

Pour la petite histoire, j’ai résidé à Delhi dans un hôtel proposant un accès à Internet gratuit. Dimanche, à mon arrivée, cet accès avait été coupé. A l’accueil, le personnel évoquait la sécurité. Lundi matin, l’accès WiFi a été rouvert, moyennant sa sécurisation par une clé WEP que j’ai pu obtenir à l’accueil après avoir fourni mes coordonnées complètes. Mais j’ai été surpris de constater que cette modeste disposition de sécurité a été levée dans la journée : dès lundi soir, le réseau WiFi de l’hôtel était redevenu librement accessible.

– Tous les moyens de communication électronique semblent suspects. The Economic Times relève ainsi que le ministère de l’intérieur indien cherche à obtenir un assouplissement du chiffrement des transmissions sur les Blackberry utilisés en Inde. RIM aurait rejeté cette demande au nom des intérêts de ses clients tout en insistant le fait que ses serveurs sont installés au Canada et ne relèvent pas de la compétence du gouvernement indien. RIM se serait vu suggérer d’installer des serveurs en Inde pour ses clients en Inde.

Vite lu dans la presse indienne du 17 juillet 2008

– Les coupures de courant s’étendent à Navi Mumbai, à Thane et à quelques parties de Mulund et de Bhandup. Elles durent trois à quatre heures et sont liées à un manque de quelques 4000 MW de capacité au Maharashtra. Le mois dernier, Tata Power Trading Company Ltd avait acheté quelques 200 MW de capacité supplémentaire pour éviter cela, mais a dû faire marche arrière en raison de la progression des coûts de l’énergie (+17,6 % en un mois).

– Les entreprises indiennes sont-elles prêtes à faire face aux menaces informatiques ? C’est la question que pose le Financial Express en s’appuyant sur un rapport sur la sécurité informatique en Inde, rapport produit à l’occasion de la conférence India Infosec 2008. Selon ce rapport, le niveau de sécurité logique des systèmes informatiques indiens serait au niveau de celui de ceux des pays occidentaux. Mais un effort significatif resterait à faire sur le front « de l’attitude socio-culturelle vis-à-vis de la sécurité de l’information ». Et l’auteur d’expliquer que l’Inde est un pays où partager l’information n’est pas un tabou, « une attitude généreuse qui pose problème en matière de sécurité. »

On se rassure comme on peut. En Une, le Times of India relève « la plus importante chute de prix du pétrole depuis 17 ans », avec un recul de 6,44 $ du prix du baril d’or noir sur le Nymex, mardi, suivi d’un second, de 2,03 $, mercredi, pour une clôture à moins de 135 $.

La mélancolie du Vinyle n’est pas une exclusivité occidentale. Le Bombay Times présente ainsi l’association SIRC (Society of Indian Record Collectors) qui réunit depuis 1990 des passionnés des vinyles avec l’ambition de préserver ce patrimoine.

Enfin, c’était dans l’édition du 14 juillet du Mumbai Mirror : Indian Railways prévoit de proposer un accès à Internet WiFi dans ses trains circulant dans la région du Kerala. L’éducation est au centre du projet avec la possibilité de télécharger gratuitement des contenus pédagogiques. Le service pourrait être opérationnel d’ici à 3 mois, avec la promesse de débits de l’ordre de 2 à 30 Mbps, grâce aux 38 000 km de fibre optique déployés par Indian Railways sur son réseau ferroviaire et exploités par sa filiale Railtel.

You are currently browsing the IT India blog archives for juillet, 2008.